emmanuel macron, nouveau ministre de l'économie
emmanuel macron, nouveau ministre de l'économie © reuters

Premier déplacement sur le terrain pour le nouveau ministre de l'économie. Le réputé libéral Emmanuel Macron visite l'une des plus importantes sociétés coopératives de France dans la Manche. Objectif : se refaire une image.

Il s'était jusque-là fait remarquer par son interview au Point réalisée avant sa nomination, où il ouvrait la porte à un assouplissement des 35 heures, Emmanuel Macron effectue ce mardi sa première visite sur le terrain en tant que ministre de l'économie. Comme pour briser son image, l'ancien banquier d'affaires chez Rothschild, visite la première société coopérative de France : Acome à Mortain dans la Manche. L'entreprise, spécialiste de la fibre optique, emploie 1.000 personnes. Ce n'est pas un hasard puisqu'il est le quatrième ministre à se rendre sur place.

Delphine Simon a suivi les premiers pas d'Emmanuel Macron :

Emmanuel Macron adresse également un tacle à son prédécesseur Arnaud Montebourg :

Il n'y a pas que les entreprises en difficulté non plus. L'économie, c'est de la confiance et de la psychologie. SI on ne montre qu'aux gens ce qui ne va pas, si on se met en scène comme celui qui permet de redresser ce qui ne va pas, pardon, mais ça ne donne pas le moral aux Français. Donc j'irai aussi dans des entreprises en difficulté, je m'y engage et ça fait partie de mon rôle"

"Il n'est pas interdit d'être de gauche et de bon sens"

Juste avant cette visite, Emmanuel Macron a accordé un entretien au quotidien régional Ouest France :

L'entreprise ne doit pas se réduire à la caricature que l'on fait trop souvent. L'entrepris est le coeur de notre économie, c'est elle qui emploie, exporte, innove. Et la Scop illustre bien l'idée que je me fais de l'entreprise : une collectivité humaine qui est aussi la propriété de ceux qui la font

Emmanuel Macron revient sur la polémique qui a suivi sa nomination et au mot "libéral" qui lui colle à la peau :

Je ne souhaite pas que l'on m'enferme dans un qualificatif, je souhaite que l'on regarde ce que je ferai comme ministre [...] Je ne pense pas que l'on puisse faire bouger les choses sans une phase de concertation et de discussion. Il n'est pas interdit d'être de gauche et de bon sens

Emmanuel Macron demande également aux entreprises de tenir leurs engagements alors que le gouvernement instaure le CICE (Crédit d'impôt compétitivité emploi) et le pacte de responsabilité et de solidarité.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.