Pendant plusieurs années, l'entreprises Humania consultants a proposé à des particuliers de gagner de l'argent, en exploitant les erreurs des banques sur les prêts immobiliers. Sauf que l'affaire a viré au fiasco, et que plus de 6 000 emprunteurs y ont perdu à chaque fois plusieurs milliers d'euros.

Plus de 6 000 emprunteurs ont perdu chacun des milliers d'euros en tentant de renégocier leur prêt immobilier. (Photo d'illustration)
Plus de 6 000 emprunteurs ont perdu chacun des milliers d'euros en tentant de renégocier leur prêt immobilier. (Photo d'illustration) © Maxppp / Philippe Turpin

C'est une affaire qui a tout d'une arnaque : à l'origine, une société de Pérols, dans la banlieue de Montpellier, Humania consultants, qui propose à des particuliers le recalcul de leur TEG, le taux effectif global d'un prêt immobilier. Pour y parvenir, la société disait exploiter les erreurs commises par les banques dans la fixation de ce taux. Tout semblait prévu : étude du dossier par des experts et des avocats, puis négociation avec la banque, voire action en justice si cela ne suffisait pas. 

Humania consultants, qui affichait, via son courtier Shynx affinity, sa promesse de gagner 9 procès sur 10, promettait aussi des gains de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Et si toutefois, l'emprunteur perdait contre sa banque, une assurance devait couvrir les frais.  Problème, les clients déboutés s'accumulent et l'assureur se retire.

Entre 2014 et 2017, plus de 6 000 emprunteurs y ont ainsi perdu des plumes, des milliers d'euros de préjudice chacun. Les dossiers s'accumulent chez les avocats, notamment chez Maitre Choisez, bien décidé à déterminer les responsabilités ."Au minimum, il y a un défaut grave de conception du système. Nous sommes en train d'engager plusieurs dizaines de procès. Ce que l'on sait en tout cas, c'est que personne ne sera épargné."

Parmi les victimes, il y a Olivier (le prénom a été changé), représenté par le cabinet Goethe Avocats. En 2014, lorsqu'on lui dit qu'il y a une erreur dans le taux de ses deux prêts immobiliers et que Humania consultants promet une victoire quasi-certaine, il se lance, et souscrit un troisième prêt, un crédit à la consommation pour payer les 8 000 euros d'honoraires de la société. "Je ne perdais pas d'argent, je ne pouvais qu'en gagner, et juridiquement tout était verrouillé : c'est pour cela que j'ai signé le contrat de mission, sinon je ne me serais pas engagé", raconte-t-il.  

Plusieurs plaintes déposées

"Au départ ils ont le vent en poupe, ils ont des arguments en leur faveur, des condamnations tombent, des victimes gagnent de l'argent, jusqu'au jour où ça cesse", raconte Olivier. Il perd finalement en justice, comme de plus en plus de particuliers, et s'aperçoit qu'il ne sera finalement pas couvert par l'assurance. 

Car l'assureur, Garantie Assurance, estime avoir été trompé dès le départ, victime de fausses déclarations d'Humania consultants pour gonfler son taux de réussite en justice. Il a porté plainte pour escroquerie à Nanterre.

Le business d'Humania consultants était-il peu scrupuleux ? Son fondateur, Daniel Margutti, renvoie la responsabilité à ses ex-partenaires : "Quelle est ma faute ? D'avoir recherché un assureur pour couvrir mes clients ? Et que cet assureur, malgré les millions que j'ai versés, n'assure pas ? Est-ce ma faute si des partenaires commerciaux, des acteurs économiques indépendants, rémunérés pour faire un travail, ont pour certains, par appât du gain, menti aux clients en disant qu'il n'y avait aucun risque ?".  

La société a été placée en liquidation judiciaire en décembre, laissant derrière elle des milliers de particuliers lésés. 

Plusieurs plaintes ont été déposées dans cette affaire : en plus de la plainte contre X pour escroquerie de l'assureur, Humania consultants a déposé plainte contre l'assureur Garantie Assistance (aujourd'hui Filassistance) à Montpellier, où une instruction est en cours. Et les avocats des emprunteurs/victimes envoient les premières assignations cette semaine.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.