Alors qu'une vague de grand froid va traverser la France, le réseau électrique doit s'appuyer sur un dispositif exceptionnel pour affronter des pics de consommation attendus.

RTE a mis en place un dispositif spécial pour éviter les pénuries en cas de grand froid
RTE a mis en place un dispositif spécial pour éviter les pénuries en cas de grand froid © AFP / FREDERICK FLORIN / AFP

Cette semaine, le réseau électrique va être soumis à rude épreuve avec la vague de froid polaire. A partir de demain mardi, les températures vont fortement baisser sur la majeure partie du pays : 5 à 10 degrés de moins que les normales de saison. Le thermomètre pourrait atteindre -13 degrés la nuit. Or les moyens de production actuels ne permettent pas de couvrir cette demande : cinq réacteurs nucléaires sont à l'arrêt, et pas question de trop compter sur nos voisins, car la vague de froid va toucher un bonne partie de l'Europe. Le gestionnaire du transport d'électricité ne se montre pas alarmiste, mais il ne le cache pas, la situation s'annonce tendue, au vu des marges de production disponibles : des mesures exceptionnelles sont d'ores et déjà programmées.

►ÉCOUTER | L'économiste spécialiste des questions énergétiques, Jean-Marie Chevallier, avec Bruno Duvic

Des gestes pour économiser le courant

Première mesure, en cas de fortes tensions : une alerte lancée la veille du jour particulièrement critique. RTE a mis en place ce système d’avertissement "en temps réel" de ses consommateurs : si la demande est trop forte, l’application Eco2Mix alerte aussitôt les foyers en cas de risque de pénurie. Ces derniers, responsabilisés, peuvent adopter un comportement en conséquences pour économiser le courant, lors des deux pointes de consommation le matin entre 8h et 13 heures et le soir de 18 à 20 heures. Des gestes simples sont conseillés : éteindre les appareils en veille, ne pas recharger son portable ou sa tablette, éteindre la lumière dans les pièces inoccupées, mais aussi chauffer en heures creuses, ou baisser légèrement son chauffage ...

Dans certaines régions, comme la Bretagne, les habitants sont déjà habitués à ces gestes éco-responsables en cas de pic de consommation électrique.

►ÉCOUTER | Depuis huit ans, les bretons appliquent le plan Ecowatt, explique Maxime Debs, journaliste au service économie de France Inter :

RTE réduit la tension

Deuxième mesure : 21 sites industriels volontaires cesseront leur activité, le temps de passer ce pic de consommation exceptionnel, ce qui permettrait la réduction des besoins électriques de 1600MW en volume global (volume fixé pour 2016). Si ça ne suffit pas, RTE pourrait alors réduire la tension de 5% sur le réseau sans couper le courant, et économiser ainsi 4000MW supplémentaires, même s'il vous prendra un peu plus de temps pour faire chauffer la bouilloire. 5% de réduction de tension, c'est « l’équivalent de la consommation de Paris intra-muros et Marseille réunies », selon RTE, ou encore l'équivalent de la consommation électrique du Grand Paris.

En dernier recours, RTE pourrait couper le courant, pas de plus de deux heures, les foyers seront prévenus à l'avance. Le gestionnaire affine les prévisions au jour le jour mais à ce stade, il n'est prévu aucun délestage ou coupure de courant.

En cas de vagues de froid importantes et durables en dessous des normales de saison, RTE pourrait être amené à mettre en œuvre des solutions exceptionnelles pour préserver l’alimentation électrique des Français le matin (8H-13H) et/ou le soir (18H-20H) en jours ouvrés (Communiqué RTE)

Les pics de consommation électrique attendus jeudi et vendredi
Les pics de consommation électrique attendus jeudi et vendredi © Visactu / Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.