Le célèbre jeu vidéo, qui compte près de 300 millions d'adeptes dans le monde, vient de disparaître des boutiques d'applications d'Apple et Google. Son éditeur, Epic Games, s'indigne et dénonce dans une vidéo (et une plainte) le monopole des géants du numérique. Le début d'une guerre entre multinationales ?

Dans une vidéo parodique (et très réussie), Fortnite se présente comme le bras de la révolution contre Big (Apple) Brother
Dans une vidéo parodique (et très réussie), Fortnite se présente comme le bras de la révolution contre Big (Apple) Brother © Capture d'écran YouTube

Les fans de "Fortnite" ne peuvent plus télécharger leur jeu préféré sur leur smartphone : Apple et Google ont retiré l'application de leurs boutiques respectives. Certes, ils peuvent toujours y jouer si le jeu était déjà installé, mais cette décision empêche de fait tout nouveau joueur de rejoindre la partie.

"Fortnite", on le rappelle c'est ce jeu vidéo ultra populaire, notamment chez les plus jeunes, basé sur le concept du "Battle Royale" (100 joueurs s'affrontent et il ne peut en rester qu'un). Près de 300 millions de personnes y jouent dans le monde, et c'est une véritable manne financière pour son éditeur. Son éditeur estime qu'Apple et Google abusent de leur position dominante, il a même porté plainte après ce retrait... et lancé une campagne tonitruante de communication.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

De 1984 à 2020

C'est d'ailleurs l'un des coups les plus culottés de l'année : pour défier Apple sur son terrain (celui de l'image parfaitement maîtrisée), Epic Games a diffusé une parodie d'une publicité emblématique du géant de l'informatique. L'héroïne y traversait un parterre de citoyens lobotomisés, avant de détruire l'écran géant diffusant des messages de propagande inspirés du roman d'Orwell, "1984". Or dans la version 2020, le dictateur est une pomme à lunettes noires, avec un asticot dans la tête.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le message est limpide : Apple est devenu ce qu'il dénonçait, un Big Brother envahissant, et Fortnite veut mener la révolte. Un hashtag #FreeFortnite ("Libérez Fortnite") a même été lancé simultanément sur les réseaux sociaux.

Un coup de poker virtuel et judiciaire

Dans les faits, tout n'est pas si simple. La disparition du célèbre jeu vidéo des boutiques d'Apple puis de Google n'est pas une agression gratuite comme semble le dire l'éditeur de "Fortnite", mais une riposte. Le 13 août, Epic Games (société américaine, mais possédée à 40 % par le chinois Tencent) a en effet tenté un coup de poker : inciter ses dizaines de millions de joueurs à payer directement leurs achats dans le jeu, sans passer par les boutiques d'Apple ou Google, les privant ainsi de leur commission, bien trop élevée selon leur adversaire.

Intolérable pour les deux géants, qui ont répliqué, ou plutôt mordu à l'hameçon : car dans la longue bataille d'image qui s'annonce, en parvenant à se présenter comme David contre Goliath, c'est bien "Fortnite" qui a ouvert le score.