Marie Molière de la CGT de  Fagor Brandt de La RochesurYon, annonce la demande de mise en cessation de paiement
Marie Molière de la CGT de Fagor Brandt de La RochesurYon, annonce la demande de mise en cessation de paiement © Rémi Brancato

Le N°5 européen de l'électro-ménager dépose son bilan en espagne et en France. La filiale du groupe espagnol, Fagor-Brandt va demander sa mise en redressement judiciaire. Fagor emploie 1 800 personnes en France.

La décision a été annoncée par la direction lors d'un comité central d'entreprise au siège de la société à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Interrogé à la sortie du conseil des ministres, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a exprimé sa volonté de sauver le maximum de sites industriels et d'emplois chez FagorBrandt.

Les gouvernements français et espagnol veulent unir leurs efforts pour organiser une reprise des activités. Les deux gouvernements ont décidé de conjuguer leurs efforts pour trouver des solutions de financement de toutes natures de manière à ce que nous puissions sauver le maximum de sites et préserver le plus possible d'emplois.

Le reportage de Rémi Brancato

Arnaud Montebourg, qui a eu un contact téléphonique mardi avec son homologue espagnol, devait recevoir mercredi après-midi la direction de la filiale française. Fagor employait 5 642 personnes au total à la fin juin. Le groupe espagnol a engagé une procédure de sauvegarde pour tenter de refinancer sa dette.

Le groupe Fagor
Le groupe Fagor © Radio France
Mots-clés :
Articles liés
Économie
Le CETA : qui est pour, qui est contre?
21 septembre 2017
Économie
À qui profite le CETA ?
21 septembre 2017
Économie
La Dominique anéantie par l'ouragan Maria
19 septembre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.