le projet de budget 2014 fait porter l'effort sur les économies
le projet de budget 2014 fait porter l'effort sur les économies © reuters

Le projet de loi de finances pour 2014 présenté mercredi prévoit de ramener le déficit public de la France à 3,6% du PIB l'an prochain en faisant porter l'effort essentiellement sur les économies et en stabilisant les prélèvements obligatoires pour les entreprises.

Ces dernières bénéficieront en outre du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), à hauteur de 10 milliards d'euros, dont la compensation pèsera d'abord sur les ménages à travers la hausse de TVA au 1er janvier déjà votée. Le déficit du budget de l'Etat atteindrait 82,2 milliards d'euros, soit sensiblement plus que celui de 72 milliards attendu cette année. Mais si l'on exclut le coût des "investissements d'avenir", le solde du budget serait négatif d'environ 70 milliards d'euros.

Pour bâtir son budget, le gouvernement a retenu une hypothèse de croissance de l'économie française de 0,9% en 2014 après 0,1% cette année, l'inflation accélérant à 1,3% après 0,9%. Le déficit public de 3,6% du PIB visé à fin 2014 (Etat, collectivités locales et comptes sociaux) se compare à celui de 4,1% attendu dorénavant en 2013, au lieu de 3% prévu dans le budget initial de cette année 2013, un niveau qui avait été revu en hausse à 3,7% au printemps. La Commission européenne a depuis donné deux ans de plus, jusqu'à fin 2015, à la France pour ramener son déficit public à 3%.

Le projet de loi de finances table d'autre part sur une dette publique qui augmenterait à 95,1% du PIB fin 2014 après 93,4% en 2013. La charge de cette dette atteindrait 46,7 milliards d'euros en 2014 après environ 45 milliards attendus cette année. L'effort prévu pour réduire le déficit public l'an prochain est de 18 milliards d'euros, dont 15 milliards sous forme d'économies et trois sous la forme de prélèvements supplémentaires (dont deux issus de la lutte contre la fraude fiscale).

Les 15 milliards d'euros d'économies s'entendent par rapport à la croissance tendancielle des dépenses. Sur ces 15 milliards, neuf seraient réalisés sur l'Etat et six sur les comptes sociaux. Les dépenses du budget de l'Etat baisseraient de 1,5 milliard d'euros par rapport à cette année, hors évolution de la charge de la dette et des pensions. L'évolution tendancielle des dépenses de l'Etat hors charge de, la dette et pensions est estimée à 7 milliards d'euros.

ECOUTER : > le budget 2014, décortiqué par bruce De Galzain

Le budget 2014
Le budget 2014 © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.