S'il est élu en mai prochain, on a déjà une idée de la couleur des réformes qu'il compte mener. Des réformes qu'il promet de réaliser au pas de charge, façon bulldozer.

François Fillon se voit déjà président en 2017
François Fillon se voit déjà président en 2017 © Maxppp / Thomas Padilla

François Fillon l'a d'ores et déjà annoncé : lui président, il se donnera jusqu'au 30 septembre pour que l'on se dise qu'en France "ça y est, un truc a changé !"

Premier chantier : réformer le marché du travail. Il veut supprimer les 35 heures, et que soient négociées directement dans l'entreprise la durée et l'organisation du travail. Dans la foulée, il ferait passer un nouveau code du travail allégé. François Fillon s'attaquerait aussi à une nouvelle réforme des retraites pour passer l'âge de départ à 65 ans, et à une réforme de la fiscalité de l'investissement, pour relancer l'économie.

Il veut également créer dans le même temps une allocation sociale unique. Autre projet phare, l'enseignement professionnel : François Fillon veut faire de l'alternance la voie principale d’accès à l'emploi des jeunes.

Le référendum pour court-circuiter la rentrée sociale

Pour faire passer ces réformes dans les 100 premiers jours, les parlementaires n'auront pas de vacances l'été prochain. Sauf que la moitié du Sénat étant renouvelée fin septembre, il sera difficile pour le président potentiel de faire voter ses réformes si vite, sauf à passer par le référendum... Et c'est justement ce que promet François Fillon dès le mois de septembre. Il poserait alors 2 questions aux Français : "voulez-vous réduire le nombre de sénateurs et députés ?" Et "voulez-vous aligner tous les régimes de retraites ?"

Ce vote populaire lui permettrait-il d'éviter une rentrée sociale chaude ? C'est déjà ce qu'a promis le leader de la CGT Philippe Martinez dimanche sur France Inter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.