Les syndicats de salariés du site Arcelor Mittal de Florange ont accusé le coup hier. L'annonce par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault d'un maintien du groupe Arcelor Mittal sur l'ensemble du site mosellan les a surprise. Eux, s'attendaient à une nationalisation, piste évoquée par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. A la place, ils rempilent avec un patron dont ils se méfient. Avec quelles perspectives? Celle d'une garantie pour l'emploi. "Il n'y aura pas de plan social", a assuré le Premier ministre. L'accord trouvé entre le gouvernement et le géant indien de l'acier prévoit aussi l'investissement de 180 millions d'euros sur le site. Enfin, troisième projet d'avenir, la piste Ulcos, ce projet aux financements européens de captation du CO2.

Les détails avec Johanna Hostein.

Le projet Ulcos doit d'abord recevoir l'aval définitif de la Commission européenne, il a récemment obtenu un premier feu vert. De son côté, le ministre du travail, Michel Sapin, a appelé les salariés à retrouver "confiance" en l'avenir.

Lien Image Florange
Lien Image Florange © Radio France

__

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.