le medef renonce à aligner le régime d’assurance chômage des intermittents
le medef renonce à aligner le régime d’assurance chômage des intermittents © reuters

Les chiffres du chômage s'invitent dans l'entre-deux-tours des municipales, et ils ne sont pas bons. Le nombre de demandeurs d'emploi a bondi de 0,9% en février.

Après une hausse de 0,3% en janvier, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, sans la moindre activité, a nettement augmenté en février en France en raison d'une poursuite de la progression du chômage chez les seniors et d'un coup d'arrêt à sa baisse chez les moins de 25 ans, selon les chiffres diffusés mercredi par le ministère du Travail.

Un nouveau total record de 3.347.700 demandeurs d'emplois de catégorie A étaient recensés fin février en France métropolitaine, soit 31.500 de plus en un mois.

La plus forte hausse depuis avril 2013

Il s'agit de la plus forte hausse enregistrée depuis les 33.200 d'avril 2013 si l'on écarte les chiffres de septembre, qui avaient été gonflés par la correction d'une défaillance informatique à l'origine d'une nette baisse en août. Pour l'UMP, cela montre bien que la politique de l'emploi du gouvernement n'est pas efficace.

Eric Woerth, ex-ministre UMP du Budget :

Ce sont des chiffres catastrophiques qui sont le fruit de l'immobilisme et de l'amateurisme du gouvernement.

En ajoutant les catégories B et C, les personnes qui ont exercé une activité réduite, le nombre d'inscrits à Pôle emploi a progressé de 0,2%, soit 7.900 personnes, pour s'élever à 4.937.800 en métropole et 5.236.300 en incluant les départements d'Outre-mer.

Sur un an, la hausse est de 4,7% pour la catégorie A en métropole et de 4,8% pour les catégories A, B et C. En février, le nombre de demandeurs d'emplois de plus de 50 ans a progressé de 1,3%, la hausse pour cette catégorie d'âge atteignant 12,1% sur un an.

Dans un communiqué, le ministère du Travail déclare que ces chiffres "contrastent avec les derniers indicateurs disponibles tant sur le front de l'emploi et du chômage que sur celui de l'activité économique".

Il va falloir que cette dernière "présente des signes de reprise de plus en plus tangibles, avec, entres autres, un indicateur de climat des affaires et des perspectives de production qui se redressent."

Ce sont de mauvais résultats, reconnaît Thierry Mandon (porte-parole du groupe socialiste à l'Assemblée nationale), qui refuse toutefois de polémiquer avec la droite

Le chômage des jeunes repart à la hausse

Le coup d'arrêt à la baisse du chômage des jeunes, esquissé en janvier, s'est confirmé avec une progression de 0,3% chez les moins de 25 ans. Sur un an, ils enregistrent un recul de 1,5%.

Le nombre de demandeurs d'emplois inscrits depuis trois ans ou plus à Pôle emploi s'est accru de 1,4% le mois dernier. La part des chômeurs inscrits depuis plus d'un an représente désormais 42,3% du total (+0,1 point sur un mois et +2,5 points en un an), l'ancienneté moyenne des inscriptions atteignant 517 jours, soit deux jours de plus qu'à fin janvier.

"Où sont les socialistes ?"

C'est dans ce contexte qu'une quarantaine de personnes ont manifesté ce mercredi matin sous les fenêtres du parti socialiste, rue de Solférino à Paris, à l'appel du Mouvement national des chômeurs et précaires.

"Où sont les socialistes ?", ont-ils notamment scandé. Véronique Julia les a rencontrés.

Nouvelle hausse du chômage en février
Nouvelle hausse du chômage en février © Idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.