[scald=101043:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé à leur plus bas d'un mois mardi, accentuant leur mouvement de correction en cours d'après-midi, dans un climat de regain d'inquiétude sur la Grèce et la croissance mondiale.

L'indice de volatilité en Europe a pris 17,88%.

"Le marché avait fortement rebondi et a besoin de marquer une pause", dit Eric Turjeman, responsable de l'expertise actions d'Amundi, notant que des supports clés ont été enfoncés .

Une rumeur, démentie par Athènes, selon laquelle la restructuration de la dette grecque n'aurait pas lieu avant la semaine prochaine a pesé sur la cote.

L'indice CAC 40 a enfoncé la zone de support des 3.400-3.410 points et clôturé en baisse 3,58% à 3.362,56 points, son plus bas niveau de clôture depuis le 31 janvier, après avoir affiché un rebond de près de 18% en près de 11 semaines.

Parmi les autres grandes places européennes, Londres a perdu 1,86% et Francfort 3,4%. Milan a reculé de 3,39%.

Du côté des indices paneuropéens, l'EuroStoxx 50 a abandonné 3,41% et l'EuroFirst 300 2,4%.

Les valeurs cycliques et les bancaires ont figuré parmi les plus fortes corrections, de 4,89% pour l'indice européen de l'automobile et de 4,21% pour celui des banques.

A Paris, Société générale a lâché 7,8%, Crédit agricole 7,24% et BNP Paribas 6,4%.

Le pétrole brut léger américain perd 1,8 dollar sous les 105 dollars le baril et le Brent cède 1,6 dollar à 122,20 dollars le baril.

L'euro se traite autour de 1,3120 dollar.

Juliette Rouillon, édité par Dominique Rodriguez

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.