François Hollande était à Rungis ce matin
François Hollande était à Rungis ce matin © Capture i>TELE

Aux côtés de "la France qui se lève tôt" : François Hollande était debout aux aurores ce matin, pour une visite sur le marché de Rungis. Pour le président, c'est une façon de soutenir ces Français "mobilisées pendant cette période de fêtes" . Une façon aussi de donner le coup d'envoi d'une journée consacrée à l'emploi.

Car quelques heures après cette visite auprès de ceux qui travaillent tôt, on connaîtra les dernières tendances sur ceux qui ne travaillent pas ou plus. Les chiffres des inscrits à Pôle Emploi au mois de novembre, publiés à 18h, ne seront sans doute pas bons : on attend une nouvelle hausse du nombre de chômeurs, pour le 19ème mois consécutif. François Hollande lui-même a répété vendredi dernier que le chômage n'allait "pas cesser d'augmenter pendant un an".

D'où peut-être ce coup de communication ce matin, avec la visite surprise du marché de Rungis. Communication un peu hésitante d'ailleurs... Puisque les journalistes en ont été soigneusement écartés une bonne partie de la matinée.

Le but, c'est aussi de montrer que le président... n'est pas en vacances, Louise Bodet.

Peu de journalistes, et le plus loin possible... Pourquoi autant de précautions pour cette visite ?

Décryptage avec Marion Lagardère.

Seule inconnue : l'ampleur de la hausse

La tendance de hausse du chômage avait déjà été confirmée il y a quelques jours par l'Insee, qui prévoit une poursuite de la dégradation et 10,5% de chômeurs en métropole d'ici juin 2013.

Les secteurs du bâtiment et de l'industrie manufacturière, notamment, licencient à tour de bras. Marion Jeanne Lefebvre a rencontré des chômeurs de Seine Saint Denis.

En fait la principale inconnue, c'est simplement l'ampleur de la hausse. On a déjà une idée des secteurs les plus touchés...

Comme toujours Régis Lachaud, ce sont les contrats courts qui provoquent le plus de hausse.

Pour François Hollande, outre la visite à Rungis, la journée sera marquée par plusieurs rendez-vous autour de l'emploi. Il doit notamment rencontrer plusieurs membres du gouvernement, ainsi que Jean-Marc Ayrault. Il s'agira de préparer un "séminaire de travail sur la situation économique et de l'emploi", prévu le 4 janvier.

"Une mobilisation maximale" selon Michel Sapin

Hier c'est Michel Sapin, le ministre du Travail, qui était mobilisé après un entretien avec le président. Il a d'ores et déjà déclaré qu'il n'était pas là "pour faire de la comptabilité" mais "pour agir", promettant "une mobilisation maximale de tous les outils" anti-chômage.

Selon lui 2.000 emplois d'avenir (sur un objectif de 100.000 en 2013) ont déjà été pourvus (des contrats destinés aux jeunes pas ou peu qualifiés). Quant au fameux contrat de génération, il sera le prochain texte débattu à l'Assemblée, à partir du 15 janvier.

Il a également appelé syndicats et patronat à se mettre d'accord lors de leur session prévue les 10 et 11 janvier.

De mai à octobre 2012, 214.500 personnes supplémentaires se sont inscrites à Pôle Emploi en métropole, avec un rythme accéléré depuis le mois de juillet. Le pic historique de janvier 1997 (3.205.000 chômeurs sans activité) pourrait être dépassé dans quelques mois.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.