71 magasins repris, la moitié des boutiques du distributeur de jeux vidéo Game France : le tribunal de Bobigny a validé hier l'offre de reprise de trois entreprises. Une décision qui laisse 400 salariés sur le carreau, après des mois de calvaire.

Détournement d'une publicité Game par des salariés
Détournement d'une publicité Game par des salariés © Radio France

Ils en ont bavé, les salariés de Game France, depuis l'annonce le 4 septembre dernier du placement en redressement judiciaire du groupe. Depuis, pas ou peu de nouvelles, et selon les salariés, un dialogue social inexistant. Les dernières semaines avaient été marquées par des liquidations quasi totales des stocks à l'occasion des soldes, à prix cassé, pour pouvoir assurer les salaires.

Hier, le tribunal de commerce de Bobigny a mis fin au feuilleton. Il a validé la reprise de 71 magasins, sur les 157 que comptait le distributeur. Il entérine aussi le licenciement de 400 salariés environ. Ils ne seront que 150 à conserver leur emploi.

Dans son jugement, le tribunal accepte les offres de reprise de Micromania et Game Cash (deux concurrents) et Iliad (Free). Des entreprises "solides" ou "ayant une bonne connaissance du marché du jeu d'occasion". C'est Micromania qui reprendra la plupart des boutiques (44 au total, pour 88 salariés). Game Cash reprend 24 magasins, contre trois pour Iliad.

Un Game Over amer pour 400 salariés

"Cette décision va permettre de sauver des emplois, mais on est forcément un peu déçus pour les 400 emplois qui ne seront pas sauvés", explique Martine Chouant, déléguée CFDT au comité d'entreprise de Game France.

Car chez les salariés, c'est l'amertume qui domine. Charles, salarié depuis 4 ans chez Game, est responsable d'un des magasins non repris, à Épinal dans les Vosges.

La décision du tribunal réjouit en revanche le président de Game Cash, Philippe Cougé, qui assure vouloir "intégrer pleinement les 65 salariés" qui rejoignent son réseau, dont la taille va être portée "à presque 75 magasins sur territoire" français.

Jusqu'ici, Game France était le principal distributeur de jeux vidéo en France, avec Micromania. Mais comme tout un secteur, le groupe a fait face à une concurrence féroce des boutiques en ligne et des jeux dématérialisés. Sans compter la politique souvent hostile au jeu d'occasion des éditeurs de jeu vidéo.La maison-mère de Game France, basée au Royaume-Uni, avait été rachetée en mars 2012 par le fonds OpCapita.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.