Mercredi avait lieu le procès en appel de huit anciens salariés de l'usine Goodyear. En première instance, ils avaient été condamnés à neuf mois de prison ferme pour séquestration.

Goodyear, 10 années de lutte
Goodyear, 10 années de lutte © Maxppp / Nicolas Liponne/Wostok Press

Les 10 dates clefs du conflit Goodyear :

• 3 avril 2007 : la direction propose la création d'un complexe industriel unique dans les usines d'Amiens-Nord et Amiens-Sud, ce qui a pour conséquence de supprimer 550 postes sur 2 700 salariés et la réorganisation du travail en 4X8. Les salariés rejettent cette option.

• Entre mars et juin 2008 : le 17 mars, trois syndicats d'Amiens-Sud, où travaillent 1 300 personnes, finissent par accepter le passage au 4x8 alors que les 1 400 salariés d’Amiens-Nord refusent. Le 27 juin, la CFE-CGC et la CFTC d'Amiens-Nord, deux syndicats minoritaires, acceptent les 4x8 alors que la CGT et SUD refusent.

• 18 novembre 2008 : le tribunal de grande instance de Nanterre interdit à Goodyear la mise en place de son plan social, considéré illégal. Cette décision sera annulée le 18 février 2009 par la Cour d'appel.

• 26 mai 2008 : un nouveau plan social est annoncé. Il prévoit 817 licenciements sur le site d'Amiens-Nord. Ce nouveau plan est suspendu en aout par le tribunal de Grande instance (TGI). Le TGI estime que le Comité central d’entreprise n'a pas reçu assez d'information.

• 2 décembre 2011 : le groupe américain Titan, fabricant de roues et pneumatiques, évoque une reprise partielle du site d'Amiens-Nord.

• 31 janvier 2013 : Goodyear annonce la fermeture du site d’Amiens-Nord, "après cinq années de négociations infructueuses".

• 6 et 7 Janvier 2014 : le directeur des ressources humaines et le directeur de la production sont retenus pendant une trentaine d'heures dans les locaux de l'usine par quelques dizaines de salariés en colère.

• 22 janvier : fin de l'occupation de l'usine.

12 janvier 2016 : huit anciens salariés d'Amiens-Nord, dont le leader de la CGT Mickaël Wamen, sont condamnés à 24 mois de prison dont 9 fermes. Goodyear et les deux cadres séquestrés avaient pourtant retiré leur plainte, comme promis dans l'accord de fin de conflit.

• 6 avril : les salariés licenciés assignent en justice Goodyear et Titan. Les deux groupes refusent la reprise du site par une coopérative du personnel.

En 2016, sur les 1 143 salariés laissés sur le carreau après la fermeture du site, seuls 401 ont retrouvé un travail.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

► EN SAVOIR PLUS : Une nuit avec les Goodyear

► EN SAVOIR PLUS : Air France, Alstom, Goodyear... le dialogue social est-il devenu violent ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix