Margrethe Vestager la commissaire européenne à la concurrence.
Margrethe Vestager la commissaire européenne à la concurrence. © MaxPPP

Google aurait proposé des réductions aux fabricants de téléphones sur un ensemble d'applications pour Android. Une violation des règles de concurrence, estime Margrethe Vestager la commissaire européenne à la concurrence.

Dans un communiqué Margrethe Vestager estime " que par son comportement Google prive les consommateurs d'un choix plus large d'applications et de services mobiles et que l'entreprise freine l'innovation émanant des autres acteurs, en violation des règles de concurrence de l'UE".Le géant de l'internet aurait établi des contrats d'exclusivité avec les fabricants de téléphone pour qu'ils utilisent ses applications. La Commission européenne a mené l'enquête pendant deux ans pour en arriver à cette conclusion.

Google est accusé d'écraser la concurrence

Google est aussi accusé par la Commission européenne d'avoir accordé des incitations financières aux fabricants et aux opérateurs de réseaux mobiles pour qu'ils préinstallent en exclusivité Google Search , une sorte de navigateur web pour les téléphones.

Quatre concurrents de Google avaient saisi la Commission européenne, accusant le géant de la Silicon Valley d'anéantir la concurrence. Une association de Microsoft, Nokia et Oracle avait déjà porté plainte contre Android en 2013.

Dans 12 semaines Google devra présenter sa défense

80 % des appareils téléphoniques intelligents utilisés dans le monde fonctionnent sous Android . C'est un logiciel libre qui fait fonctionner les téléphones. Android est "open source", ce qui permet à tout le monde de concevoir des applications.

Google a douze semaines pour répondre aux accusations de Bruxelles. Il compte démontrer qu'Android est "bon pour la concurrence, bon pour les consommateurs" a estimé Kent Walker le conseiller juridique de la firme américaine.

Pour avoir violé les règles de concurrence européenne Google risque une amende équivalant à 10 % de son chiffre d'affaires sur la téléphonie en 2015, soit 65 milliards d'euros. L'entreprise de l'internet devrait aussi changer ses pratiques commerciales.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.