Le Premier ministre Édouard Philippe a détaillé ce matin les budgets du grand plan d'investissement prévu par le gouvernement pour les cinq ans à venir.

Édouard Philippe a reçu le rapport de l'économiste Jean Pisani-Ferry et détaillé les priorités en investissement du quinquennat
Édouard Philippe a reçu le rapport de l'économiste Jean Pisani-Ferry et détaillé les priorités en investissement du quinquennat © AFP / CHRISTOPHE SIMON

Transition énergétique, transformation numérique, formation et innovation. Les grandes lignes du plan d'investissement prévu par le gouvernement se dessinent. Ce lundi, le Premier ministre a dévoilé un plan de 57 milliards d'euros en 2018-2022 dont la répartition se base sur le rapport de l'économiste Jean Pisani-Ferry.

Ce grand plan d'investissement, dont le montant est plus élevé que les 50 milliards initialement annoncé, met l'accent très fortement sur la transition énergétique, priorité du quinquennat, avec 20 milliards d'euros. Dans le détail, cette somme se répartira notamment entre la rénovation thermique des bâtiments pour 9 milliards d'euros et le développement des énergies renouvelables pour 7 milliards. La ventilation des 4 milliards restants n'a pas été précisée par Édouard Philippe.

Après l'Écologie, l'accent est également mis sur la formation et l'éducation, ainsi que l'innovation, avec une ventilation respective de 15 milliards d'euros cumulés pour les deux premiers, 13 milliards pour le troisième. Enfin, neuf milliards sont alloués à la transition numérique de l'État.

45 milliards de nouveaux financements

Pour assurer la bonne tenue de ce plan, le gouvernement va puiser dans deux sources de financement : d'un côté, il va réaffecter 12 milliards d'euros de crédits déjà existants. De l'autre, de nouveaux financements seront créés, pour mobiliser 45 milliards d'euros.

Des nouveaux financements créés grâce à la Caisse des dépôts et consignations et de la Banque européenne d'investissement, mais aussi issus des "budgets des ministères", précise Édouard Philippe, c'est à dire qu'il sera demandé à ces ministères de concentrer plus de moyens à l'investissement, "grâce au financement du troisième programme pour les financements d'avenir".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.