Mathieu Gallet, nouveau PDG de Radio France
Mathieu Gallet, nouveau PDG de Radio France © MaxPPP / Thomas Padilla

L'Assemblée générale a validé la reconduction du mouvement. Le Comité central d'entreprise prévu ce mercredi après-midi a finalement été avorté. Mathieu Gallet, PDG de Radio France devait y exposer son plan stratégique pour assainir les comptes du groupe.

Après 21 jours de grève à Radio France, c'est toujours l'impasse entre salariés et direction. Le Comité central d'entreprise prévu de mercredi après-midi a été avorté. L'intersyndicale CFDT - CFTC - CGT - SNFORT - SUD - UNSA a présenté une déclaration conjointe :

(…) Quant au projet que vous nous avez remis, il est lourd de périls graves pour l'avenir de Radio France. Derrière les formules creuses, (…) il y a l'accroissement des risques psychosociaux, les menaces sur l'emploi à l'échelle planifiée de toute l'entreprise. Les élu-es CFDT – CFTC – CGT – SNFORT – SUD - UNSA du CCE (…) s’associent à la demande de médiation pour sortir de cette impasse.

Le Ministère de la Culture doit prendre ses responsabilités, et le CSA tirer toutes les conclusions de la situation.

Suite à cette déclaration, plusieurs élus ont quitté la salle. Le CCE a donc été suspendu : le nombre minimal de membres délibératif n'était pas atteint.

Un tiers pour trouver une sortie de crise ?

Cette nouvelle impasse qui a fait réagir la ministre de la Culture Fleur Pellerin à l’Assemblée nationale :

Le conflit à Radio France a trop duré.

Fleur Pellerin compte convoquer rapidement les différentes parties et annoncé "pour renouer le dialogue social".

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel a aussi appelé à la médiation :

Mathieu Gallet s'attendait à la base à une journée marathon. Le PDG du groupe Radio France a été auditionné dès 9h30 par les députés de la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale.

Une rallonge budgétaire ?

L'Etat pourrait accorder une dotation supplémentaire à Radio France. La piste a été évoquée par le député socialiste Michel Françaix au début de son intervention :

Le projet de l'entreprise ne peut se résumer à la restauration de son équilibre financier. II faut un projet à partager avec l'ensemble des acteurs de cette entreprise (…). La position de la tutelle devrait vous permettre d'avoir des moyens supplémentaires pour réaliser ce souhait puisque cette dotation qui va vous être faite de 80 millions d'euros doit permettre d'avancer sur ce dossier.

Un chiffre que le ministère de la Culture n'a pas confirmé.

Mathieu Gallet a en effet demandé au gouvernement une dotation supplémentaire. Une rallonge qui permettrait notamment d’aider à financer la fin des travaux de rénovation de la Maison de la Radio. Le coût de l’opération a largement dépassé les prévisions initiales : 575 millions d'euros contre 262 millions prévus, selon la Cour des Comptes.

Après l'Assemblée nationale, Mathieu Gallet devait présenter son plan stratégique en Comité central d'entreprise extraordinaire. La réunion a donc été suspendue. Ce plan vise à assainir les comptes du groupe en déficit de 21,3 millions d'euros cette année.

Ce qu’il faut savoir du Plan Gallet

C’est un document de dix pages, rédigé à la demande de la ministre de la Culture Fleur Pellerin. Dans les grandes lignes, voici ce qu’il contient :

Réduction de la masse salariale. Le plan prévoit "une réduction nette d'effectifs de 250 à 330 équivalents temps plein", à travers 300 à 380 départs volontaires, dans tous les secteurs d'activités. Priorité sera donnée aux salariés âgés. Ces départs sont censés être en partie compensés par la création de 50 postes dans le développement informatique, la production scénique et le marketing. Economie escomptée : "18 à 24 millions d'euros".

Adieu, grandes ondes… Le PDG de Radio France propose aussi de mettre fin aux émissions en ondes longues et moyennes. Certains programmes comme la météo marine, la messe ou des émissions en langues régionales pourraient être diffusés sur internet. Economie visée : 16 millions d'euros.

Développement de webradios. Mathieu Gallet propose aussi de créer des "webradios adossées aux chaînes". Ce sera notamment le cas de France Musique qui doit être recentrée sur la musique classique et le jazz, avec des diffusions de concerts "plus ciblées" et davantage d'échanges européens de programmes.

Plus de publicité ? Autre piste pour rééquilibrer les comptes, un élargissement des secteurs autorisés à faire de la publicité sur les antennes. Pour l'instant, Radio France ne peut diffuser que des messages collectifs et d'intérêt général. Ils excluent les marques et concernent les produits présentés sous leur appellation générique, les causes d’intérêt général, les messages des organismes publics ou parapublics et des administrations. Ce changement pourrait rapporter entre 8 et 16 millions d'euros.

Une croissance des recettes liées au numérique est également envisagée.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.