Le mouvement de grève ce jeudi touche la fonction publique et les transports.

Ce jeudi, 40% des TGV, 50% des TER et 25% des Intercités seront annulés
Ce jeudi, 40% des TGV, 50% des TER et 25% des Intercités seront annulés © Maxppp / Guillaume Bonnefont
  • Train 

Les voyageurs qui possèdent une réservation et dont le train est annulé peuvent monter dans n'importe quel autre train effectuant le même trajet sans avoir à changer de billet. Une option valable dans les 48 heures suivant l'annulation, avec le risque, toutefois, de ne pas trouver de place assise.

Même si vous avez pu effectuer votre voyage dans un autre train, vous pourrez exiger de la SNCF un remboursement de 25 à 50 % du prix du billet initial en fonction de la durée du retard.

Si vous choisissez en revanche de ne pas prendre un autre train, vous pouvez obtenir remboursement, même si vous avez acheté un billet non échangeable ou non remboursable.

  • Avion

L'Usac-CGT, premier syndicat de l'aviation civile et deuxième parmi les contrôleurs aériens, a déposé un préavis de grève couvrant la journée du 22 mars ainsi que "les nuitées en amont et en aval de celle-ci".  Elle demande "une hausse sensible des recrutements de fonctionnaires afin d'assurer l’ensemble des missions de la Direction générale de l'Aviation civile [DGAC] dans les meilleures conditions possibles de travail et dans l'intérêt des services rendus aux usagers". 30 % des vols seront annulés ce jeudi au départ et à l'arrivée des aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle, Orly et Beauvais, a annoncé la DGAC.

Air France prévoit de maintenir 75 % de ses vols moyen-courrier de et vers l'aéroport de Paris Charles-de-Gaulle et 60 % des court-courriers à Orly et des transversales en province. La compagnie aérienne prévoit par ailleurs de maintenir la totalité de ses vols long-courrier.

En cas d'annulation de votre vol, vous avez droit au remboursement intégral sans frais ou à la création d'un avoir valable un an. Vous pouvez aussi changer de date de départ sans frais.

Si le retard est important, et même si la compagnie vous propose un autre vol sur lequel vous embarquez, vous pouvez exiger une indemnisation allant de 250 à 600 euros en fonction de la distance à parcourir et ce quelle que soit  la compagnie et l'origine de la perturbation, à partir du moment où  la distance est d'au moins 1 500 kilomètres et que vous êtes arrivé beaucoup plus tard.

Si la compagnie ne restecte pas ses engagements ou la loi européenne, il y a toujours possibilité de saisir le médiateur Tourisme et Voyage. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.