Handicapé
Handicapé © zigazou76

Aujourd'hui commence la 18e semaine de l'emploi des personnes handicapées. Dans le contexte économique actuel, elles sont d'autant plus touchées par le chômage. Les associations alertent aussi les entreprises sur le non-respect de la loi.

Depuis 1987, les entreprises de plus de 20 salariés ont l'obligation d'employer 6% de personnes handicapées, sous peine de pénalités financières. Aujourd'hui, on en est encore loin : selon l'Association des paralysés de France (APF), ce taux est "autour de 4,5%" dans le public et proche de 3% dans le privé. De nombreuses entreprises préfèrent finalement payer des pénalités, plutôt que d'employer des personnes handicapées.

Emmanuel Constant, président de l'Adapt, l'association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées, était l'invité de Claire Servajean dans le journal de 13h.

Les handicapés sont deux fois plus touchés par le chômage que les autres catégories de population. "Les données sont alarmantes, avec un doublement historique en six ans du nombre de chômeurs" , résume Prosper Teboul, directeur général de l'APF. Fin 2013, 413.421 personnes handicapées étaient à la recherche d'un emploi, une hausse de 11,5% en un an et un doublement par rapport à la fin 2007. Et une fois au chômage, elles le restent plus longtemps que les autres, précise Alain Rochon, le président de l'APF :

Une personne handicapée qui perd son emploi met en moyenne quatre ans avant de reprendre pied dans l'emploi , selon le président de l'APF, Alain Rochon

Moins d'accès à la formation professionnelle

Presque un tiers des demandeurs d'emploi handicapés a un niveau inférieur au CAP. Pour eux, la formation et l'accès aux diplômes est donc indispensable. Et pourtant, "le système de formation professionnelle est en train d'exclure les handicapés. En trois ans, l'accès a été divisé par deux" , s'inquiète Yves Barou, président de l'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa).

D'après le budget 2015 voté à l'Assemblée, le gouvernement doit prélever 29 millions d'euros sur les réserves du fonds d'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) pour financer des emplois aidés, dont bénéficient notamment les personnes handicapées. Une ponction équivalente est prévue sur l'Agefiph, qui oeuvre pour l'insertion dans les entreprises privées. Aux yeux des associations, cela "ne pourra que fragiliser les actions engagées envers les personnes en situation de handicap" .

Emploi et handicap : les chiffres
Emploi et handicap : les chiffres © Radio France

.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.