françois hollande et angela merkel s’engagent à relancer la compétitivité dans l’ue
françois hollande et angela merkel s’engagent à relancer la compétitivité dans l’ue © reuters

par Elizabeth Pineau

BERLIN (Reuters) - Relancer la croissance en Europe, tel était le thème du dîner qui a réuni lundi à Berlin François Hollande, Angela Merkel, José Manuel Barroso et des chefs d'entreprises invités à réfléchir sur la compétitivité dans l'Union européenne.

Malgré une actualité centrée sur la crise chypriote, le chef de l'Etat français, la chancelière allemande, et le président de la Commission européenne ont choisi de s'en tenir au sujet prévu, ne faisant qu'une légère allusion aux problèmes de l'île méditerranéenne dans une déclaration à la presse.

Quatre thèmes étaient au menu du dîner entre les dirigeants européens et une quinzaine de patrons de l'European round table (ERT, table ronde européenne d'industriels), club influent présidé par Leif Johansson, patron du groupe suédois Ericsson: politique de concurrence, politique énergétique, flexibilité du marché du travail et innovation.

Pour favoriser la croissance qu'il ne cesse d'appeler de ses voeux depuis son arrivée au pouvoir en mai dernier, "nous devons tout faire pour que la compétitivité de l'économie européenne soit la plus haute possible", a dit François Hollande devant les journalistes.

Angela Merkel lui a fait écho en affirmant qu'une Europe compétitive était "la clé du succès", citant la transition énergétique comme l'un des domaines dans lequel France et Allemagne devaient travailler de concert.

José Manuel Barroso a souligné l'importance de relancer l'emploi pour redonner de "l'espoir aux jeunes", à l'heure où le chômage des jeunes salariés atteint des sommets en Europe.

FEUILLE DE ROUTE

Ce dîner devait nourrir la réflexion sur la relance de la croissance en Europe initiée lors du Conseil européen de juin 2012 appelée à déboucher sur une feuille de route examinée lors du sommet de juin prochain.

Entre-temps, deux industriels, le Français Jean-Louis Beffa (Saint-Gobain) et l'Allemand Gerhard Cromme (Thyssen-Krupp) doivent remettre fin avril un rapport sur la compétitivité sur lequel auront aussi travaillé des représentants du patronat des deux côtés du Rhin.

Selon son entourage, François Hollande a émis le souhait d'organiser à Paris une rencontre similaire à celle de lundi.

Paris espère que cette démarche franco-allemande débouchera sur "des recommandations les plus concrètes possibles" à l'image de celles du rapport de Louis Gallois sur lequel le gouvernement a fondé le Pacte de compétitivité présenté à l'automne dernier.

Hasard du calendrier, la rencontre de Berlin s'est déroulée au soir de la signature d'un contrat de 18,4 milliards d'euros entre Airbus, dont EADS est la maison mère, et la compagnie indonésienne Lion Air pour la fourniture de 234 avions A320.

"Notre ambition au plan européen, c'est non seulement de poursuivre la belle aventure d'EADS mais également de concevoir d'autres EADS pour d'autres secteurs économiques avec nos partenaires européens", a déclaré François Hollande lors de la cérémonie organisée à l'Elysée pour la signature du contrat.

Entre la France et l'Allemagne "il y a la volonté de mieux coordonner nos grandes politiques publiques économiques et essayer d'avoir des initiatives de ce type, créatrices de valeurs" comme EADS, estime un conseiller du président français.

"Entre deux grands pays industriels, l'idée de nouer des partenariats doit maturer", ajoute-t-il.

Avec Julien Ponthus et Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Marine Pennetier

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.