francois hollande poursuit sa lutte contre les emplois non pourvus
francois hollande poursuit sa lutte contre les emplois non pourvus © reuters

En déplacement à Dunkerque, François Hollande a annoncé que le dispositif de formations prioritaires pour l'emploi allait être renforcé pour bénéficier à 100 000 personnes. Un moyen de montrer qu'il ne lâche rien dans sa lutte contre le chômage.

Lancées en juin dernier, les "formations prioritaires pour l'emploi" ont pour but de pourvoir les offres d'emplois vacantes faute de candidats qualifiés.

Jusqu'à présent, 30 000 personnes étaient concernées d'ici fin 2013 mais le président de la République veut 70 000 bénéficiaires de plus en 2014 .

L'engagement que je prends, c'est que nous irons jusqu'à 100.000. C'est à la fois une urgence et un enjeu de croissance.

Écoutez le président de la République.

Le ministre du Travail Michel Sapin a expliqué que le nombre de 100.000 formations correspondait au nombre effectif de postes laissés vacants chaque année faute de personnel qualifié, un chiffre cependant inférieur à d'autres estimations.

Il a aussi insisté sur le fait que ce dispositif collerait le plus fidèlement possible aux besoins du marché du travail et serait déterminé "entreprise par entreprise".

"C'est de la dentelle", a jugé Michel Sapin.

L'obsession du chômage

François Hollande n'en démord pas : il veut inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année malgré le scepticisme des économistes.

Le chef de l'Etat admet des prévisions peu encourageantes mais reste déterminé et compte notamment sur les 40 000 emplois d'avenir déjà signés. Un de ses conseiller lâche :

Pour employer une métaphore sportive, on ne lâche rien.

François Hollande comme Michel Sapin sont tout de même restés prudents avant la publication, mercredi, des chiffres du chômage pour le mois de juin

En mai, les chiffres publiés par le ministère du Travail ont montré, pour la première fois depuis près de deux ans, une stabilisation, voire une baisse pour certaines catégories, du nombre de chômeurs.

chômage mai
chômage mai © radio-france
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.