Les inégalités ne cessent de se creuser. C’est le constat d'Oxfam à la veille du Forum économique mondial à Davos en Suisse. Oxfam met à jour les dernières données sur les inégalités dans le monde. Chaque année, les richesses se concentrent un peu plus. C'est encore le cas cette année

Les inégalités se creusent encore selon le rapport d'Oxfam
Les inégalités se creusent encore selon le rapport d'Oxfam © Getty / EyeEm / Gareth Hayman

Ils étaient une quarantaine l'an dernier,  ils ne sont plus que 26 à posséder autant que la moitié la plus pauvre de l'humanité, en grand nombre des femmes. La richesse est de plus en plus concentrée. Le nombre de milliardaire a plus que doublé depuis la crise : on compte un nouveau milliardaire tous les deux jours. 

Dans le même temps, la richesse des plus pauvres a baissé de 11%. La moitié de la population mondiale vit avec moins de 5 dollars et demi par jour explique Pauline Leclere, porte parole d'Oxfam France : "La France est le pays qui a connu la plus forte progression de millionnaires après les États-Unis l'an passé. Huit milliardaires dans l'hexagone possèdent à eux seuls autant que les 30% les plus pauvres."

Dans son rapport, Oxfam pointe les coupables : l'évasion fiscale, car les recettes ne sont pas taxés équitablement que l'on soit un particulier ou une entreprise. Pour un dollar de recette fiscale, à peine 4 cents proviennent de la fiscalité sur la fortune. Il faut nuancer cette étude qui calcule la richesse des particuliers en incluant leurs dettes, mais le constat reste néanmoins juste. Et ces inégalités, de moins en moins de gens sont prêts à les accepter explique Oxfam, comme en témoignent les gilets jaunes en France. "Ce sont les plus pauvres qui subissent une fiscalité injuste comme la TVA, explique la porte parole d'Oxfam France. Aujourd'hui il faut s'attaquer les inégalités par la racine. Emmanuel Macron a décidé de placer sa présidence du G7 sous le signe des inégalités."

Selon Oxfam, il est temps que le chef de l'État se mette à l'écoute des 99% des Français et non des 1% les plus riches.   

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.