L'Agence nationale pour l'emploi, devenue Pôle Emploi en 2008, a été créée en juillet 1967 pour aider les demandeurs d'emploi à retrouver un travail, reconnu comme un droit.

Agence ANPE parisienne en 2008
Agence ANPE parisienne en 2008 © Maxppp / Anna Lebowski

L'ANPE a été la première véritable agence de gestion de l'emploi, que ce soit du côté des salariés ou des patrons, elle a connu quelques prédécesseurs. Par exemple, le "Bureau d'adresses" au XVIIe siècle, qui recevait des annonces proposant des emplois aux plus pauvres. Un rôle repris bien plus tard par des associations comme la JOC (Jeunesse Ouvrière et Chrétienne) et ses "bureaux de placement" installés en 1935 dans la plupart des villes industrielles.

En 1967, Jacques Chirac reprend l'idée mais veut la rendre nationale et donc plus efficace sur l'ensemble du pays. Il crée l'ANPE, par ordonnance. À l'époque, la France compte un peu plus de 400.000 demandeurs d'emploi (2 % de la population active), contre 3,5 millions environ aujourd'hui. C'est un "succès" immédiat puisqu'avec l'ouverture d'agences dans tout le territoire, des milliers de personnes viennent s'inscrire.

En 2008, Nicolas Sarkozy applique un point de ce programme prévoyant la fusion de l'ANPE (qui supervise les offres d'emploi) et des Assédic (qui géraient le recouvrement des cotisations sociales et le paiement des indemnités chômage). Une fusion qui a notamment permis aux demandeurs d'emploi d'avoir un seul interlocuteur ("conseiller personnel") mais qui a aussi entraîné une gestion de plus en plus "productiviste", selon les représentants du personnel, provoquant de nombreuses grèves au sein de la structure toute neuve.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.