Ce sont les mots de Gisèle Penalva, déléguée du personnel CGT, à Mory Ducros de Lyon-Vénissieux. Une partie des employés est en grève comme ceux de St-Etienne. Le repreneur potentiel du groupe, pourrait conserver 2 150 emplois sur 5 000.

Ils ferment les agence où il y a les plus gros syndicats. Il y a un moment où les gens sont excédés. La coupe, elle est pleine.

Mory-Ducros : manifestation
Mory-Ducros : manifestation © @Xavier de Torres/Maxppp / @Xavier de Torres/Maxppp

Depuis lundi, une quinzaine d'agences sont perturbées voire bloquées. Le ras-le-bol est général. D'après la CFDT, les salariés estiment avoir beaucoup donné pour sauver leur entreprise en travaillant sans relâche notamment durant la période de Noël, traditionnellement chargée.

Aujourd'hui, c'est le dépit qui s'exprime, la peur aussi devant la perspective de perdre près de 3 000 emplois. Hier, le groupe Arcole Industrie a menacé de retirer son offre si les grèves se poursuivent via un courrier envoyé au cabinet d'Arnaud Montebourg. La direction justifie cette menace : si les sites sont en grève, les clients vont partir, et l'activité va s'effondrer or sans client, la reprise n'est pas possible. C'est ce que disait aussi la semaine derniere l'administrateur judiciaire Philippe Blériot.

De fait dans son offre, debut janvier, Arcole Industrie avait posé plusieurs conditions suspensives, une clause prévoyait notamment que les salariés s'abstiennent de toute mobilisation d'ici la fin du mois pour ne pas nuire à l'activité. Ce n'est pas gagné.

A St-Etienne, les salariés se mobilisent pour la première fois. Le reportage de Julie Szmul

Selon le ministère du Redressement productif et les syndicats, Arcole Industries a déposé dans la nuit de mardi à mercredi son offre de reprise pour le transporteur de colis en difficulté Mory Ducros, après avoir menacé de la retirer, au terme d'une nouvelle réunion marathon à Bercy.

Le principal actionnaire de Mory Ducros a légèrement amélioré sa proposition, qui portait jusqu'à présent sur 48 agences reprises sur environ 85. Il y a ajouté la reprise partielle des agences de Saint-Quentin (Aisne) et Bourges (Cher) soit 60 salariés supplémentaires selon ces sources. "Ce dépôt à 23H58 est le gros acquis de la soirée", a souligné le ministère.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.