Vous avez acheté il y a douze mois ? Vous remboursez un peu moins que les nouveaux propriétaires urbains, constate Empruntis. Car si les taux ont un peu augmenté, les prix aussi.

Sans revenir aux niveaux d'il y a trois ans, l'achat d'un bien immobilier coût plus cher aujourd'hui qu'il y a un an
Sans revenir aux niveaux d'il y a trois ans, l'achat d'un bien immobilier coût plus cher aujourd'hui qu'il y a un an © Maxppp / PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

A ceux qui croyaient encore que les marchés immobiliers allaient plafonner, voire baisser durablement, le baromètre semestriel d’Empruntis sur le pouvoir d’achat immobilier oppose un sérieux démenti.

Acheter une maison ou un appartement dans une des onze plus grandes villes de l’Hexagone coûte plus cher aujourd’hui qu’il y a douze mois. Autrement dit, la baisse – ou la modération – qui semblait se dessiner depuis 2014 s’efface, même si l’on n’est pas encore revenu aux niveaux d’il y a trois ans.

Cécile Roquelaure, d’Empruntis, constate :

Devenir propriétaire est aujourd’hui plus cher qu’en janvier 2017 [ou qu’en juin 2016], et ce partout dans les 11 plus grandes villes de France, avec Paris, Bordeaux et Strasbourg sur le haut du podium des hausses.

Empruntis relève le montant moyen des mensualités consenties par les nouveaux acheteurs par type d’appartements et identifie les deux paramètres qui pèsent sur ces mensualités : le taux de crédit et le coût d’achat.

La France des inégalités

Reste que la hausse des mensualités, si elle concerne la France urbaine dans son ensemble, n'est pas la même à Paris et à Marseille : pour un 60 mètres carrés dans la cité phocéenne, il faut compter un budget de 698 euros par mois, quand dans la capitale, c'est en moyenne 2 474 euros pour la même surface. Soit 3,5 fois plus.

"La raison majeure de l’augmentation des mensualités est à chercher dans la hausse des prix, c’est d’ailleurs le facteur majeur dans 8 villes sur 11, estime Cécile Roquelaure. Les prix en hausse représentent 89% de la hausse de la mensualité à Paris et Bordeaux, 83% à Strasbourg, soit les trois villes où les mensualités ont le plus augmenté."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.