Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget, a promis que les retraités seraient remboursés
Christian Eckert, le secrétaire d'Etat au Budget, a promis que les retraités seraient remboursés © MaxPPP

Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, promet dans un entretien au Journal du dimanche de "rembourser" les retraités modestes contraints en 2015 de payer des impôts locaux alors qu'ils étaient jusque-là exonérés.

Après la grogne d’une centaine de député cette semaine, qui avait interpellé le Premier ministre sur la situation les retraités modestes contraints en 2015 de payer des impôts locaux alors qu'ils étaient jusque-là exonérés, Manuel Valls avait promis sur Twitter de neutraliser les effets de la mesure.

Les retraités modestes continueront à bénéficier de l’exonération

Ce dimanche, dans un entretien accordé à nos confrères du Journal du Dimanche, Christian Eckert,, le secrétaire d’Etat au Budget, a promis de "rembourser" les retraités concernés. "Nous voulons, explique-t-il dans les colonnes de l’hebdomadaire, que les personnes qui étaient exonérées jusque-là et dont le revenu n'a pas augmenté continuent à bénéficier de cette exonération en 2015."

"Tous ceux qui étaient exonérés l’année dernière le seront aussi cette année. Nous travaillons à essayer d’automatiser le plus possible la régularisation. Il y a là les effets collatéraux d’une décision antérieure dont les effets se font sentir sur plusieurs années", a-t-il déclaré à France Inter.

> Christian Eckert, secrétaire d'Etat au Budget :

"Nous allons préparer une disposition législative en ce sens. Les personnes concernées qui auraient déjà payé ces impôts en 2015 seront remboursées sans démarche particulière", ajoute-t-il, précisant être en train d'évaluer le coût de cette mesure. "Grâce à l'augmentation en 2016 d'un centime par litre de la taxation du gazole et malgré la baisse d'un même montant pour l'essence, une marge financière est disponible et peut être redistribuée aux Français", estime le secrétaire d'Etat, qui se dit prêt à "aller plus loin".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.