Manif intermittents
Manif intermittents © maxppp / maxppp

Contestée par la CGT, la nouvelle convention reste appliquée pour l'instant : c'est ce qu'a décidé le tribunal de grande instance de Paris, en attendant une audience le 30 septembre. Malgré une forte abstention, le personnel du festival a voté la grève.

La justice a refusé de suspendre l'application du texte qui prévoit notamment un durcissement des règles d'indemnisation chômage des intermittents du spectacle. Le tribunal a jugé qu'il n'y avait "pas lieu à référé" : il n'y a pas d'urgence à traiter ce dossier. Une audience aura lieu le 30 septembre prochain. Une suspension du texte aurait eu pour conséquence de "priver temporairement les demandeurs d'emploi de toute indemnisation", avance le tribunal.

La CGT Spectacle garde espoir

La CGT Spectacle, qui conteste le texte négocié par les partenaires sociaux, ne compte pas s'arrêter là. Pour son secrétaire général Denis Gravouil, "le tribunal s'est déclaré compétent et dit qu'il y a lieu à juger sur le fond. Ce n'est que partie remise, on est au milieu du gué". Le syndicat ne fera pas appel mais pourrait saisir le Conseil d'Etat contre l'agrément accordé par l'Etat à la convention.

Nouvelle grève ce samedi

Les festivals de l'été comme les Francofolies de La Rochelle restent toujours sous la menace de mouvements de grève : la CGT Spectacle a lancé un appel national pour ce samedi. Peu de temps après l'annonce de la décision, le personnel du festival d'Avignon a lui aussi voté la grève.

Un concert de casseroles est également prévu au Palais Royal à Paris, à 14 heures. Les intermittents entendent maintenir la pression sur le gouvernement alors qu'une concertation s'est ouverte en vue d'une refonte de leur régime d'indemnisation.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.