Les intermittents comptent faire pression sur les pouvoirs publics à la veille de l'ouverture d'Avignon
Les intermittents comptent faire pression sur les pouvoirs publics à la veille de l'ouverture d'Avignon © maxppp
**Ce jeudi, les pouvoirs publics doivent donner une conférence de presse afin de préciser leurs intentions concernant le régime chômage des intermittents. Ces derniers vont de leur côté tenter de faire pression lors des représentations des différents festivals.** L'ouverture du festival lyrique d'Aix-en-Provence s'est faite sans difficulté ce mercredi soir. Pourtant, les menaces de perturbations liées au mouvement des intermittents sont devenues réalités avec l'interruption de la générale du Prince de Hombourg à Avignon, à deux jours de la première. La répétition générale de cette pièce de Kleist a été interrompue, vers la fin, par des intermittents du "off". Ils ont envahi la scène et entamé des discussions houleuses avec les comédiens. C'est cette pièce doit ouvrir le festival vendredi soir. Pourtant, les salariés du festival officiel comme à Aix ont voté contre la grève à 80%. Le directeur d'Avignon Olivier Py avait alors estimé "avec plus de certitude que le festival aura lieu". De son côté la CGT Spectacle appelle à "une grève massive" le 4 juillet pour l'ouverture d'Avignon. Pour le syndicat et la coordination des intermittents, il s'agit de peser sur la concertation ouverte par le gouvernement, en vue d'une "refonte" du régime d'assurance chômage qui leur est spécifique. Ce jeudi, le trio chargé d'ouvrir cette concertation, formé de l'ancienne directrice du Festival d'Avignon Hortense Archambault, du député PS Jean-Patrick Gille, et de l'ex-inspecteur du travail Jean-Denis Combrexelle, Doivent donner le détail de ce projet et son calendrier lors d'une conférence de presse. Vendredi 4 juillet, jour de "mobilisation nationale", le festival Montpellier Danse, touché par le conflit dès son ouverture le 22 juin, a d'ores et déjà annoncé que "la totalité des manifestations" était annulée.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.