Manifestation des intermittents
Manifestation des intermittents © Radio France / Georges Tho

Manuel Valls prône une remise à plat du régime "à bout de souffle" d'indemnisation chômage desintermittents du spectacle, qui organisent ce lundi une journée d'action nationale.

Les intermittents demandent au gouvernement de ne pas agréer la nouvelle convention d'assurance-chômage issue de l'accord signé le 22 mars entre le patronat et trois syndicats (CFDT, FO et CFTC), texte qui durcit les conditions d'indemnisation de plusieurs catégories de chômeurs, dont les leurs.

Manuel Valls a promis sur France Info "un certain nombre de décisions" d'ici à la fin de la semaine, sur la base du rapport attendu du médiateur nommé par le gouvernement, le député socialiste Jean-Patrick Gille, auteur en 2013 d'un rapport sur les conditions d'emploi dans les métiers artistiques.

Je ne veux pas anticiper ces décisions, mais il est évident en même temps que nous devons sans doute remettre à plat l'ensemble de ce dispositif

Sortant de son silence, la ministre de la Culture Aurélie Fillipetti déclare dans un entretien au quotidien Le Monde

L'accord ne résoud pas la question du régime des intermittents

Dans une lettre ouverte à François Hollande, qu'elle presse de pas agréer la nouvelle convention, la CGT-Spectacles a menacé vendredi de perturber l'ensemble des festivals de l'été. Le syndicat a pour l'instant déposé un préavis de grève jusqu'au 30 juin, date-limite pour la décision gouvernementale.

Sur fond de mobilisation nationale, Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point et réputé proche de François Hollande organisait ce matin un "rassemblement citoyen" pour souligner l'universalité du sujet.

Jean-Michel Ribes dans le journal de Claire Servajean

.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.