hassan rohani a prêté serment
hassan rohani a prêté serment © reuters

Mercredi, le Président iranien sera à Paris pour une visite officielle. Hassan Rohani devrait également signer un contrat pour une commande de 114 Airbus.

Téhéran a commandé 114 appareils dont seize A 350 et huit A 380 . Les premiers avions seront livrables courant 2019 . C'est la première annonce d'envergure depuis la levée des sanctions internationales, suite à l'accord sur le nucléaire iranien entré en vigueur mi-janvier.

L'Iran a besoin de 500 appareils

Le ministre des Transports iranien a déclaré que l'Iran souhaite moderniser sa flotte aérienne . Les 150 avions en activité dans le pays ont une moyenne d'âge de 20 ans.Téhéran souhaite acquérir 400 appareils long et moyen-courriers, une centaine pour les vols court-courrier .

Depuis la révolution islamique de 1979 et les sanctions américaines régulièrement renforcées contre Téhéran, la flotte aérienne n'a jamais pu être modernisée.

Une nécessité dans un pays qui compte aujourd'hui 79 millions d'habitants .

"Un très gros contrat dans l'aviation civile et pour l'Iran"

Camille Grand était l'invité d'Inter Treize ce dimanche. Le directeur de la fondation pour la recherche stratégique estime que c'est "un très gros contrat pour l'aviation civile en générale et aussi une modernisation spectaculaire de la flotte iranienne. L'Iran est l'un des pays les plus dangereux en matière de sécurité aérienne".

La signature d'un si gros contrat est possible grâce au dégel des avoirs iranniens bloqués des banques occidentales. Une flotte moderne permettra à l'Iran de mieux s'insérer dans la région . Mais aussi de montrer au peuple que la levée des sanctions internationales a un effet immédiat dans son quotidien.

En signant un tel contrat avec Airbus, l'Iran se positionne comme "un partenaire économique important pour l'Europe ", précise également Camille Grand.

►►► Réécoutez l'interview de Camille Grand, directeur de la fondation pour la recherche stratégique dans Inter Treize avec Philippe Abiteboul ce dimanche

L'Iran, un véritable eldorado économique

Certes ce contrat avec Airbus est historique mais l'Iran regorge de possibilités pour les entreprises françaises , comme l'explique Thierry Coville, chercheur à l'IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques) et spécialiste de l'Iran.

L'Iran ce ne sont pas que les gros contrats dans l'aéronautique et l'énergie, il y a aussi la consommation courante comme les cosmétiques, l'agro-alimentaire, l'industrie pour les biens d'équipement et le tourisme, précise Thierry Coville

Avant les sanctions internationales, l'Iran était le premier marché de la France au Moyen-Orient . Le problème aujourd'hui c'est que la concurrence est rude. Contrairement à la France, les sociétés asiatiques (comme la Chine, la Corée du Sud ou l'Inde) sont restées après les sanctions. Un avantage pour la France : ses entreprises disposent d'une certaine notoriété auprès des Iraniens, notamment grâce à Renault et Total.

►►► Pour Thierry Coville, spécialiste de l'Iran à l'IRIS, les possibilités des entreprises françaises sont nombreuses en Iran

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.