Les assureurs estiment à plus d'un milliard d'euros l'indemnisation des sinistrés parmi les 45 000 habitants de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Une somme gargantuesque qui fait de l'ouragan Irma la deuxième catastrophe climatique la plus coûteuse, après les tempêtes Lothar et Martin en 1999.

Les dégâts causés par Irma sont à ce jour estimés à 1,83 milliard d'euros par les assureurs.
Les dégâts causés par Irma sont à ce jour estimés à 1,83 milliard d'euros par les assureurs. © Radio France / Thibault Lefèvre

On est encore loin, certes des 6,8 milliards d'euros de 1999, après le passage des tempêtes Lothar et Martin, mais l'ouragan Irma est historique de bien des manières.

Classé de catégorie 5, il est l'événement climatique le plus massif jamais enregistré dans la région des îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Et les dégâts causés sur son passage atteignent eux aussi des records.

Estimé à 1,2 milliard d'euros par les assureurs en septembre dernier, l'ouragan Irma coûterait en réalité plus de 1,83 milliard d'euros, selon de nouvelles estimations réalisées six mois après la catastrophe, des évaluations qui ne comprennent toujours que les biens couverts par une assurance.

Mais contrairement aux tempêtes en métropole, qui concernent souvent un territoire et des zones habitées plus importantes, les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy concentrent respectivement 35 000 et 10 000 habitants.

En un quart de siècle, les catastrophes climatiques ont coûté 50 milliards d'euros

Les inondations de mai-juin 2016 qui avaient touché l'Hexagone, surtout en Ile-de-France et dans le Centre, ont coûté par exemple plus de 1,4 milliard d'euros aux assurances, autant que la sécheresse de 2003, selon la Fédération française de l'assurance (FFA). 

L'événement naturel le plus coûteux en France reste le couple de tempêtes Lothar et Martin de décembre 1999 avec 6,8 milliards d'euros d'indemnisation versés par les assureurs, devant les tempêtes Klaus et Quinten de 2009 (1,9 milliard d'euros), selon la FFA. 

Sur les 25 dernières années, le coût total des aléas climatiques a atteint près de 50 milliards d'euros en France, toujours selon la FFA. Et les professionnels estiment que l'impact financier de ces événements va gonfler à l'avenir.  

La Caisse centrale de réassurance (CCR) voit doubler le coût annuel des catastrophes naturelles (hors tempêtes en France métropolitaine qui font l'objet d'une garantie spécifique) d'ici 2050. 

À titre de comparaison, en 2016, les catastrophes naturelles et désastres causés par l'homme (feux de forêts, etc.) ont coûté 175 milliards de dollars (environ 145 milliards d'euros) dans le monde.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.