Air France lance ce vendredi Joon, sa toute dernière filiale à "coûts réduits". Une façon pour la compagnie de se repositionner sur un marché aérien où le low cost occupe de plus en plus d'espace.

Les avions de Joon, la filiale à coûts réduits d'Air France, décollent pour la première fois ce vendredi 1er décembre.
Les avions de Joon, la filiale à coûts réduits d'Air France, décollent pour la première fois ce vendredi 1er décembre. © AFP / Eric Piermont

Un nouveau nom débarque dans le secteur très concurrentiel des compagnies aériennes. Joon fait décoller ses premiers avions ce vendredi. La filiale d’Air France démarre doucement, avec quatre destinations moyen-courrier dans un premier temps (Barcelone, Berlin, Porto et Lisbonne) avant d’élargir progressivement son offre. Prix de départ : 39 euros TTC pour un aller simple. Pour le groupe Air France-KLM, il s’agit de regagner du terrain face à la concurrence des compagnies du Golfe et surtout celle des low cost, que plus rien ne semble arrêter.

Plus d’un milliard de voyageurs

Le seuil symbolique a été franchi en l’an dernier. Selon l’Organisation civile de l’aviation internationale, les compagnies à bas coûts ont transporté 1,1 milliard de voyageurs en 2016. Cela représente 29% du marché, et une augmentation de 10,5% par rapport à l’année précédente. On note également que la part du low cost augmente plus vite que le nombre global de passagers transportés (3,8 milliards).

50% des liaisons intra-européennes 

En France, les compagnies à bas coûts représentent un tiers du trafic aéroportuaire. Les chiffres grimpent encore si l’on se situe à l’échelle intra-européenne où 50% des liaisons sont assurées par des transporteurs low cost. Devançant le groupe Lufthansa, Ryanair est d’ailleurs devenue la première compagnie européenne en nombre de passagers transportés.  

Et bientôt les vols long-courriers ? 

Confortablement installés sur les marchés du court et moyen-courrier, les transporteurs à bas coûts restent pour l’instant peu présents sur les liaisons long-courriers, à 6% du trafic. Mais cela pourrait bien changer. En témoigne l’arrivée à Orly cet été de Level, nouvelle filiale d’IAG, qui proposera des vols vers les Antilles, Montréal et New York à des prix défiant toute concurrence. Un créneau que Joon compte bien occuper elle aussi, avec à compter du printemps 2018 des liaisons vers les Seychelles, le Brésil, l'Iran et l'Afrique du Sud.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.