Philippe Dessertine
Philippe Dessertine © PHOTOPQR/L''INDEPENDANT

Pour renflouer les banques en difficulté, les ministres des Finances européens sont parvenus à un accord hier soir. Ce fonds (FRU) devrait être alimenté par les banques elles-mêmes mais il faudra attendre 2025 pour atteindre les 60 milliards prévus.

Philippe Dessertine est le président de I'Institut de Haute finance.

Il était invité dans le journal de 13h de France inter. Pour lui, l'accord d'hier

C'est une avancée fondamentale [...] Les banques vont payer pour les banques

Philippe Dessertine répond aux questions de Patrick Boyer:

Le système du "qui faute paye"

Des ministres des finances qui affichent un large sourire... Ce n'est si courant à la sortie d'une rénion de négociation de l'Union européenne ces derniers temps.

Les précisions de Delphine Simon:

Il n'a fallu que quelques heures hier soir pour finaliser l'accord pour une future union bancaire. Le mécanisme de résolution unique des crises, le MRU, devrait entrer en vigueur en 2015. Le Parlement européen doit maintenant l'entériner.

Pierre Moscovici est sorti très satisfait des négociations:

C'est un moment très important dans l'histoire de l'UE

Le ministre de l'Economie a souligné un intérêt majeur pour le contribuable qui ne serait plus systématiquement mis à contribution pour renflouer les banques en cas de crise. Les établissements bancaires alimenteraient eux-mêmes le Fonds de résolution unique (FRU):

C'est le système du "qui faute paye"

Cet accord a été salué par Michel Barnier, commissaire auropéen chargé des services financiers:

Un jour qui fera date pour le secteur financier européen

En cas de crise bancaire, qui va payer d'ici 2025 ? Le contribuable européen...

Un attendant 2025, ce sont toujours les Etats et donc, les contribuables de la zone euro, qui seront ponctionnés en cas de crise bancaire ou de restructuration.

Pendant 10 ans, les banques devraient donc elles-mêmes abonder ce fonds, par tranche de 10% sur 10 ans. L'objectif est d'atteindre 55 à 60 milliards d'euros en 2025.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.