Alors que le Salon de l'Agriculture ouvre ses portes samedi à Paris, l'Agence pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique annonce des chiffres record. Une confirmation du recul de l'agriculture intensive et industrielle ?

Le bio est en pleine expansion en France et en Europe
Le bio est en pleine expansion en France et en Europe © AFP / Patrick Lefevre

Le bio n'est plus une simple méthode, mais commence à s'implanter de plus en plus dans notre quotidien. En cinq ans, de 2011 à 2016, le nombre de producteurs bio en France a progressé de 40 %, et les surfaces exploitées de manière engagée de 60 %. Le marché, lui, a carrément grimpé de 82 % sur la même période, démontrant un intérêt croissant des consommateurs pour ces méthodes de production alternatives. 

C'est ce qui ressort du rapport publié ce jeudi par l'Agence pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique. Même si les surfaces agricoles bio restent encore largement minoritaires dans le pays (un peu plus de 6 % de la surface agricole utile), elles prennent de plus en plus d'ampleur au fil des années.

En un an, de 2016 à 2017, elles sont passées de 1,54 millions à 1,77 millions d'hectares, en comptant les parcelles en phase de conversion. Le nombre de professionnels engagés dans la filière bio progresse lui aussi, avec 13,5 % de producteurs en plus. Au total, 8,3 % des producteurs ont tourné le dos à l'agriculture intensive et industrielle.

Non seulement on produit plus de bio en France, mais on en consomme de plus en plus aussi. Ce marché bien particulier est ainsi passé 7,15 milliards à 8 milliards d'euros en un an. Une tendance qui devrait se poursuivre dans les années à venir, puisque selon un sondage réalisé par CSA Research pour Agence Bio, 26 % des personnes interrogées comptent augmenter leurs achats de produits biologiques dans les six prochains mois. Et 85 % estiment important de développer l'agriculture biologique.

Une progression comparable à celle vécue dans d'autres pays européens. L'Espagne est ainsi largement en tête dans ce domaine en termes de surface exploitée, devant l'Italie et la France, devenue troisième producteur de bio européen. Paris a même doublé l'Allemagne dans ce domaine ces trois dernières années.

Pour l'agence, cette progression est notamment liée directement à "la meilleure diffusion des produits bio : meilleure présence dans les commerces de proximité, le drive, élargissement des gammes dans les hyper et supermarchés et nombreuses ouvertures de magasins spécialisés". Bref, plus on trouve du bio facilement, plus on en consomme aussi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.