Le congrès mondial de l'aquaculture se tiendra du 25 au 29 août, à Montpellier. 2 500 participants venus de 60 pays différents sont attendus. L'occasion de faire un point sur cette culture d'organismes aquatiques en milieu fermé, le tout grâce à des données chiffrées.

Vue des zones aquacoles des vasières en haute mer dans le comté de Xiapu, dans le sud-est de la Chine, le 15 juillet 2017.
Vue des zones aquacoles des vasières en haute mer dans le comté de Xiapu, dans le sud-est de la Chine, le 15 juillet 2017. © AFP / LAO YAO / IMAGINECHINA

Sushis sous vide dans les grandes surfaces ou encore saumon à toutes les sauces. La consommation de poisson par individu a plus que doublé en 50 ans au niveau mondial. En 1961 une personne consommait environ 9,0 kilogrammes de poisson contre 20,2 kilogrammes en 2015. Et cette tendance devrait se poursuivre dans les années à venir. 

L'aquaculture y joue pour beaucoup. En 2016, la production halieutique mondiale a atteint une valeur record d'environ 171 millions de tonnes. Le secteur de l'aquaculture comptant pour 47 % de ce chiffre – voire 53 % si l'on exclut la production destinée à des utilisations alimentaires –. C'est ce que constate un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, publié cette année.

Qu'est-ce que l'aquaculture ? 

Selon le magazine GEO, "l'aquaculture est la culture d'organismes aquatiques (poissons, algues, crustacés, mollusques…) en milieu fermé (bassin, rivière, étang)." L'un de ses avantages est que cette méthode permet de limiter l'exploitation de certaines espèces de poissons qui seraient menacées par la surpêche. L'inconvénient étant qu'"une pratique intensive de l'aquaculture peut entraîner une dégradation des écosystèmes marins et des côtes car elle implique souvent l'utilisation de produits chimiques", précise le magazine.  

Les algues, pilier de l'aquaculture 

Parmi tous les secteurs de la production alimentaire, l'aquaculture est celui qui croît le plus rapidement. Entre 2001 et 2016, son taux de croissance annuel était de 5,8 %. Et il ne faut pas croire que l'aquaculture ce n'est que les poissons, il s'agit également de cultiver des plantes aquatiques, majoritairement des algues. Encore une fois c'est une multiplication par deux à laquelle on assiste. La production mondiale de plantes aquatiques est passée de 13,5 millions de tonnes en 1995 à un peu plus de 30 millions de tonnes en 2016.   

Depuis quelques années, c'est d'ailleurs la mode des algues. Elles sont prisées pour leurs importantes qualités nutritionnelles. Elles diminueraient le risque cardiovasculaire, elles aideraient à lutter contre le cancer du sein… Tout se dit autour des algues. 

19,3 millions 

C'est le nombre de personnes qui travaillent dans l'aquaculture. Si dans le secteur de la pêche le nombre d'emplois à tendance à diminuer, dans l'aquaculture il augmente de 17 % à 32 % en une vingtaine d'année. La majorité de ces travailleurs se trouvent en Asie. 

19,3 millions de personnes travaillaient dans le secteur de l'aquaculture en 2016.
19,3 millions de personnes travaillaient dans le secteur de l'aquaculture en 2016. / Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

En France en 2015, selon FranceAgriMer, 43 000 tonnes de poissons élevés en aquaculture ont été vendus ce qui représente 169 millions d'euros. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.