Après la crise économique de la fin des années 1990, l'Argentine à peine remise, connaît à nouveau un séisme monétaire et boursier.

Après la crise économique de la fin des années 90, l'Argentine à peine remise, connait à nouveau un séisme monétaire et boursier.
Après la crise économique de la fin des années 90, l'Argentine à peine remise, connait à nouveau un séisme monétaire et boursier. © AFP / EITAN ABRAMOVICH

Les négociations se poursuivent entre l'Argentine et le FMI à Washington.  Buenos Aires attend un déblocage anticipé de fonds pour enrayer l'effondrement du peso argentin qui a cédé plus de 50% de sa valeur depuis janvier. 

Le peso s'est repris ce mercredi après deux jours de dépréciation après 17% de chute la semaine dernière. 

50 milliards de dollars sur trois ans

La directrice générale du Fonds Christine Lagarde et le ministre argentin de l'Economie Nicolas Dujovne, ont entamé des pourparlers qui ont pris mercredi une tournure plus technique entre les experts du FMI et les émissaires argentins. 

Le FMI a attribué en juin à Buenos Aires un prêt de 50 milliards de dollars sur trois ans pour stabiliser une économie fragile. Le ministre de l’économie argentin ne souhaite pas plus d'argent que ces 50 milliards de dollars. 

Nous pensons que c'est suffisant, nous ne demandons pas de fonds supplémentaires". 

Récupération économique lente

Il a d’ores et déjà prévenu que la récupération économique serait "lente". Ce prêt accordé par le FMI est censé rétablir la confiance des marchés pour la troisième économique d'Amérique latine. Les mesures mises en place seraient pour certains économistes pas très efficaces car l'Argentine a besoin de plus de liquidités pour financer sa politique monétaire. 

Le président argentin a annoncé de nouvelles mesures d'austérité, pour atteindre un objectif de déficit budgétaire zéro en 2019. Pour 2018, la récession serait de 1%, d’après le gouvernement et l'inflation pourrait atteindre 40%. De leurs côtés, les syndicats envisagent une grève générale. Dans deux provinces, il y aurait eu des tentatives de pillage de supermarchés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.