Dominique-Jean Chertier, le médiateur pour Radio France
Dominique-Jean Chertier, le médiateur pour Radio France © Valeria Emanuele

Au 26e jour de grève, les salariés vont se prononcer sur la poursuite ou non de la grève, après la remise par le médiateur d'un document de trois pages, fruit d'une concertation marathon de trois jours qui a laissé les syndicats sur leur faim .

La médiation n’a pas permis d’avancées significatives, se plaignaient dimanche soir les syndicats "On ne s’y retrouve pas" disait l’un d’entre eux. Le texte, rédigé par le médiateur nommé par le ministère de la Culture, affirme une série de principes mais n'est pas aussi concret que tous l'espéraient.

Les délégués, et une partie des grévistes, ont négocié durant tout le week-end autour des fameux quatre préavis de grève. Ce qui bloque aujourd'hui semble être le projet de syndication des radios locales du réseau France Bleu, c'est-à-dire la mise en commun des programmes durant une partie de la journée. Un projet que la direction refusait de dévoiler depuis des mois.

Fleur Pellerin, la Ministre de la Culture estime elle que ce texte constitue la voie d'un compromis permettant une sortie de conflit.

Dominique-Jean Chertier, a laissé, dimanche soir, les syndicats face à son texte et à leurs responsabilités : stopper la grève et démarrer une deuxième phase de concertation sur le COM, le Contrat d'objectifs et de moyens, et ses 380 suppressions de postes, ou continuer le mouvement vers l’inconnu.

Au 26e jour de grève une Assemblée Générale est prévue ce lundi matin à 10 heures. Elle sera suivie d'une deuxième AG à 15h, pour laisser le temps aux délégués de consulter les salariés de France Bleu.

Le reportage de Bruce de Galzain

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.