Economie sociale et soidaire
Economie sociale et soidaire © MaxPPP / Jean-André Boutier

L'Économie sociale et solidaire serait-elle la solution pour lutter contre le chômage de masse ? Aujourd'hui, l'organisation patronale qui la représente, l'Udes (l'Union des employeurs de l'économie sociale et solidaire) - tient sa convention nationale à Paris sur le thème des nouveaux gisements de croissance comme l'économie collaborative. La nouvelle ministre du Travail Myriam, El Khomri viendra clore les travaux.

Finies les critiques d'une économie irréaliste ou hors sol. L'économie sociale et solidaire emploie10% de la population active (et même 14% dans le privé) et jouit d'une bonne image auprés de l'opinion publique. Pour les chefs d'entreprises, cette économie est même créatrice d'emploi selon Frédéric Dabi , directeur général adjoint de l'Ifop.

On voit que l'image de l'économie sociale et solidaire sort de son carcan

Fort de ce sondage l'Udes le mouvement patronal qui représente le secteur va interpeler la ministre du Travail : pour créer de l'emploi nos entreprises ont besoin du CICE explique Sébastien Darrigrand , le délégué général de l'Udes.

Dés 2016, on demande que ce Crédit d'impôt compétitivité emploi soit transformé en un dispositif plus large

Et l'Udes a fait ses calculs : un Ephad du secteur associatif coûte 7% de masse salariale en plus qu'un Ephad du secteur marchand. L'Udes réclame donc que le CICE soit transformé en baisse de charges pour tous dés l'an prochain.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.