La coopérative des ex-ouvrières de Lejaby, en difficulté
La coopérative des ex-ouvrières de Lejaby, en difficulté © MaxPPP

Le Tribunal de Commerce de Lyon a prononcé, ce mardi, la mise en liquidation judiciaire des Atelières. Cette société coopérative composée, notamment, d'anciennes ouvrières de Lejaby, emploie une trentaine de salariés.

Comme prévu, le Tribunal de Commerce de Lyon a placé, ce mardi matin, les Atelières, en liquidation judiciaire . La société coopérative des Atelières, basée à Villeurbanne (Rhône), depuis trois ans, emploie une trentaine de salariés , dont une majorité d’anciennes ouvrières de Lejaby. L’entreprise est spécialisée dans la lingerie féminine haut de gamme. La coopérative s’était déclarée en cessation de paiement le 5 février dernier.

En difficulté depuis un an

L’an dernier, déjà, l’entreprise avait frôlé la mise en liquidation judiciaire. Elle s’était sauvée, notamment, grâce à une souscription citoyenne, qui avait permis de récolter plus de 650 000 euros.

Cette année, la société doit faire face à plusieurs difficultés :

  • la crise du rouble . Les Atelières se sont retrouvées avec 70 000 euros d’impayés, et une baisse des commandes de la part de leurs clients.

  • l’arrivée tardive de la collection de Noël en rayons. Donc, moins de ventes qu’espéré.

  • les attentats . Peu propices à la consommation.

En 2014, le chiffre d’affaires des Atelières est de 230 000 euros, pour des pertes estimées à 800 000 euros.

Terminer les commandes

Le Tribunal autorise les salariés à rester dans les locaux jusqu’à demain, mercredi. Histoire d’assurer les dernières commandes , dont une tombée dans la nuit de lundi à mardi.

Ensuite, c’est fini, pour Muriel Pernin, Présidente des Atelières.

À partir de jeudi matin, plus personne ne pourra revenir aux Atelières.

Pour sauver les Atelières, il faudrait un miracle. Pour l’instant, il n’y a trace d’aucun repreneur intéressé . Arnaud Montebourg, quand il était Ministre du Redressement productif, avait érigé les Atelières en symbole du « Made in France ». Un temps qui semble révolu…

Les Atelières, c'est fini. Claude Cordier était à l'audience.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.