Comme presque un lancement sur deux cette année, celui du Transiting Exoplanet Survey Satellite par SpaceX pour la Nasa révèle une poussée massive du privé dans une activité jusqu’ici très publique. Et les investisseurs ne s’y trompent pas, révèle le bilan trimestriel de Space Angels.

Avec 18 missions réussies en 2017, SpaceX s'impose comme un des acteurs majeurs du spatial. Et le premier acteur privé.
Avec 18 missions réussies en 2017, SpaceX s'impose comme un des acteurs majeurs du spatial. Et le premier acteur privé. © SpaceX

Cette année, le carnet d’ordres de la Nasa est bien rempli. Mais désormais, l’agence spatiale américaine ne se préoccupe plus d’envoyer ses propres fusées – celles qu’elle commandait et opérait par le passé – en orbite. Et les investisseurs l’ont bien compris – pour l’essentiel aux États-Unis.

Au premier trimestre, estime le cabinet spécialisé Space Angels, 1 milliard de dollars ont déjà été investis par des fonds privés dans les entreprises spatiales commerciales, à l’instar de SpaceX, dont le lanceur Falcon 9 vient de mettre en orbite ce mercredi le télescope spatial TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) pour la Nasa.

A elle seule, d’ailleurs, l’entreprise d’Elon Musk, fondée en 2002, a absorbé la moitié de cette somme, dans un secteur très prisé de l’activité spatiale.

Pour les investisseurs privés, les entreprises capables de placer des objets en orbite ont le vent en poupe : 90 spécialistes de lanceurs ont attiré des fonds privés depuis 2009, pour un montant cumulé de 7,6 milliards d’euros, devant les concepteurs de satellites (290 entreprises pour 6,2 milliards).

Business privé, clients publics

Sur les trois premiers mois de 2018, le business privé des fusées compte pour 60 % des fonds levés, les satellites pesant 30 %. 

Pour autant, l’espace n’est pas encore un terrain de jeu privé. Les donneurs d’ordres restent encore très étatiques. Pour SpaceX, par exemple, près de la moitié des lancements prévus en 2018 embarqueront des cargaisons destinées à la Station spatiale internationale ou des objets militaires. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.