les autorités américaines exigeraient des licenciements chez bnp paribas
les autorités américaines exigeraient des licenciements chez bnp paribas © reuters

La Belgique, premier actionnaire de BNP Paribas, pourrait être privé de dividendes cette année, alors que la justice américaine réclame des milliards à la banque française.

La Belgique détient 10,3% du capital du groupe. L’année dernière, cela lui avait permis de faire rentrer 192 millions d’euros dans les caisses de l’État. Mais l’investissement pourrait ne pas être aussi profitable cette année.

En effet, selon le Wall Street Journal, la justice américaine réclame à présent 10 milliards de dollars à la banque française et cherche à lui retirer sa licence bancaire aux Etats-Unis. BNP Paribas aurait utilisé la monnaie américaine pour réaliser des transactions avec des pays sous embargo, comme l’Iran, Cuba, ou le Soudan.

Inquiétude en Belgique

Les médias belges examinent aujourd’hui les différents scénarios qui s’offrent à la banque française, pour payer l’amende :

  • BNP Paribas pourrait tout simplement choisir de ne pas verser de dividendes à ses actionnaires.

  • La banque française pourrait également tenter de réaliser une augmentation de capital. En conséquence, l’Etat belge verrait sa participation baisser.

Second motif d’inquiétude de la Belgique : le cours de l’action qui a pris un coup dans l’aile. Vendredi, il clôturait à 51,37 euros, alors que la Belgique a acheté sa participation à 58 euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.