Dans son discours de politique générale, le Premier ministre Édouard Philippe a évoqué l'idée d'un désengagement de l'État dans certains secteurs, sans préciser lesquels.

Edouard Philippe à l'Assemblée nationale le 4 juillet 2017
Edouard Philippe à l'Assemblée nationale le 4 juillet 2017 © Maxppp / Leon Tanguy

En annonçant un objectif de retour à un déficit de 3 % d'ici la fin de l'année, Édouard Philippe a frappé fort mais s'est aussi imposé de trouver de 4 à 5 milliards d'économies à réaliser le plus vite possible. Cela passe, selon ses propres mots, par un arrêt de "l'inflation de la masse salariale du secteur public", mais aussi de réfléchir à la présence de l'État dans l'économie plus large.

À l'heure actuelle, l'État possède bien moins d'entreprises et de services que dans le passé. Depuis 1986, les vagues de privatisations ont touché tous les secteurs : Saint-Gobain, Paribas, TF1, la Société générale, Havas, Matra, Suez, Renault, BNP, Elf-Aquitaine, Total, etc... À l'heure actuelle, l'État gère encore directement un certain nombre d'EPIC (des Établissements Publics à Caractère Industriel et Commercial), dépendant du droit public et ayant pour but une activité de service public. Il est aussi actionnaire à 100 % d'un certain nombre d'entreprises.

Dans certains cas, l'État n'est pas le seul actionnaire, mais presque : par exemple, il possède les trois quarts des parts de La Poste... Mais le reste est détenu par la Caisse des Dépôts et Consignations, placée sous le contrôle plus ou moins direct du Parlement et chargé d'activités d'intérêt général.

L'État français a aussi des parts importantes dans d'autres grandes entreprises privées : certaines sont d'anciennes entreprises nationalisées, d'autres ont vu l'État arriver dans leur capital. Cela inclut notamment de grandes entreprises cotées en Bourse.

Reste à savoir où pourront se faire les économies ou les revenus ponctuels (en revendant des parts par exemple). Pour l'instant, le Premier ministre n'a évoqué l'idée qu'en bloc, et pas du tout en détails...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.