Les autoroutes génèrent beaucoup d'argent qui échappe à l'Etat
Les autoroutes génèrent beaucoup d'argent qui échappe à l'Etat © maxppp

Emmanuel Macron annonce un accord avec ses concessionnaires : un allongement de deux ans (en moyenne) du contrat qui les lient à l'État, en échange d'un plan de relance de 3,2 milliards d'euros. Le gel des tarifs des péages est acquis jusqu'en 2016.

Il sera toutefois rattrapé de manière "lissée" sur les années suivantes, pour "qu'il y ait le moins d'impact pour nos concitoyens", explique le ministre de l'Économie. La hausse des tarifs des péages était très décriée ces derniers mois, notamment par la Cour des Comptes qui dénonçait une augmentation supérieure à l'inflation et des contrats largement en faveur des concessionnaires.

Les profits excessifs iront à l'État

En échange de la prolongation de ces contrats, les sociétés d'autoroutes devront aussi investir et faire tourner l'industrie des travaux publics. Elles s'engagent à ce que 80 % des travaux du plan d'investissements soient réalisés dans les trois ans. Elles devront aussi verser un milliard d'euros à l'Afitf (Agence de financement des infrastructures de transports de France), dont 300 millions rapidement.

S'y ajoutera une contribution de 200 millions d'euros à un fonds de financement des infrastructures géré par la Caisse des dépôts.

Le nouvel accord inclut aussi une clause de "surprofits" prévoyant que les bénéfices enregistrés par les sociétés d'autoroutes 30% au-dessus d'un objectif cible déterminé pour chaque année seront reversés à l'Etat. Histoire que ces bénéfices profitent un peu plus au contribuable.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.