Le CHU de Saint-Etienne
Le CHU de Saint-Etienne © MaxPPP/Le Progrès/Claude Essertel

Le coût de la hausse du franc suisse plombe le CHU de Saint-Étienne. La dette de l'hôpital a bondi de 2,5 millions d'euros en quelques heures, à cause d'un emprunt dit toxique.

Avec l'envolée du franc suisse consécutive à la suppression du plafond du taux de change contre l'euro le 15 janvier dernier, les taux d'intérêt de ces emprunts ont parfois été multipliés par trois. Selon le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert, ce coût pourrait atteindre un milliard d'euros pour les collectivités locales.

La dette du CHU de Saint-Etienne a augmenté de 2, 5 millions d'euros en quelques heures

Sur une dette totale de 270 millions d'euros, le CHU a contracté un emprunt toxique de 40 millions d'euros auprès de la banque Suisse Dexia. Avant le 15 janvier il lui restait à rembourser près de 30 millions d'euros. Mais le taux d’intérêt a grimpé en quelques heures.

La hausse du Franc Suisse impacte le budget du CHU, mais pas seulement. Le reportage de Laureline Dubuy

Une centaine d'hôpitaux publics ont souscrit des emprunts à un taux indexé sur la variation entre l'euro et la monnaie helvète. La FHF (regroupement d'hôpitaux publics) envisage d'engager un contentieux au niveau européen et d'engager parallèlement des actions contre les banques qui ont vendu ces produits "car il y a eu tromperie sur la marchandise", selon la FHF. Autre possibilité à l'étude : ne plus rembourser les emprunts.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.