Christian Eckert secrétaire d'état au budget en vacances sur l'ile de Sein
Christian Eckert secrétaire d'état au budget en vacances sur l'ile de Sein © MaxPPP/Ouest France/Vincent Mouchel

Perdue en plein milieu de l’Atlantique, au large du Finistère, l’île de Sein peut se vanter d’exonérer d’impôts ses habitants. Cette particularité remonte au XVIIIe siècle, décidée par Louis XIV

Au moment de prendre ses quartiers d’été sur ce bout de terre en pleine Atlantique, Christian Eckert ne se doutait pas qu’il ferait la une des quotidiens. Le secrétaire d’état hargé du Budget a appris, lors de sa rencontre avec les élus de l'île, qu’il posait le pied sur un territoire exonéré d’impôts locaux et de taxe foncière.

Dans le quotidien Ouest France, Christian Eckert avouait ne pas connaitre cette spécificité de l’île et ne cachait pas que, dès son retour à Paris, il se plongerait dans les explications.

"Sein déjà accablée de tous les impôts de la nature " Louis XIV

Pour lretrouver les origines de cette mesure, les avis divergent. La plus ancienne explication remonte au XVIIe siècle, pendant le règne de Louis XIV (1638-1715). Le roi Soleil aurait décidé lui-même de suspendre l’impôt sur l’île de Sein, se justifiant en ces termes "vouloir imposer Sein ou Molène, déjà accablées de tous les impôts de la nature, ce serait vouloir imposer la mer, les tempêtes et les rochers." Dès lors plus de taxe d’habitation, ni de taxe foncière.

Une autre interprétation veut que cette exonération soit le résultat des services rendus à la navigation dans une zone particulièrement dangereuse.

D'autres facilités en Corse

Pour d'autres sources, tout est lié à l’absence de cadastre sur l’île. Toujours est-il qu’à la rentrée, dès son retour de l’île de Sein, le secrétaire d’état chargé du Budget s’est promis de plancher sur ce dossier. Histoire de comprendre.

Ce membre du gouvernement devrait s’apercevoir que la Corse possède également un régime fiscal particulier.

Le maire de l'île de Sein Dominique Salvert

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.