À partir du mois d'octobre, les entreprises qui le souhaitent peuvent renseigner deux montants sur les bulletins de paie, celui du net à payer et celui du salaire imputé de l’impôt sur le revenu. Illustration chez Kiko, une société de cosmétique dont le siège français est basé à Paris.

Sur le bulletin de paye figurent le net à payer habituel et pour la première fois le montant de leur salaire imputé de leur impôt sur le revenu.
Sur le bulletin de paye figurent le net à payer habituel et pour la première fois le montant de leur salaire imputé de leur impôt sur le revenu. © Radio France / capture d'écran

Certains se souviennent des préparatifs de l'euro, la monnaie unique européenne... À partir de cette semaine, une autre petite "révolution" voit le jour pour les salariés français. Dans certaines entreprises, les employés vont pouvoir découvrir deux montants sur leur bulletin de paye :  le net à payer habituel, et pour la première fois, le montant de leur salaire imputé de leur impôt sur le revenu.

Pas d'obligation pour les entreprises 

Ce n'est pas obligatoire. Seules les entreprises volontaires, en général les grandes entreprises et les ETI (entreprises de taille intermédiaire), ont la possibilité d'éditer des bulletins de salaire avec le taux d'imposition de leurs salariés communiqués par Bercy à la mi-septembre.

Le net à payer, lui, reste inchangé, en attendant l'entrée en vigueur de la réforme en janvier. L'idée est de donner un aperçu et de se préparer au big bang du mois de janvier.  Illustration dans l'entreprise de cosmétique Kiko Milano où s'est rendue Delphine Simon :

Nous sommes au service paie de Kiko, entreprise où travaillent 1 400 salariés. La responsable Agnès Guilbot, vient d'imprimer les premiers bulletins de salaire du mois d’octobre :

"Sur le bas de la fiche de paie, il y a la simulation du net à payer avant impôt, une simulation de l’impôt prélevé avec le taux qui a été communiqué par la DGFIP [le service des impôts]. Sur cette fiche, c'est un taux à 4,6%, donc cette salariée paierait 67,11 euros d’impôts sur cette fiche du paie du mois d'octobre." 

Selon un décret, le montant du net à payer avant impôt sur le revenu doit figurer dans un corps 1,5 fois plus gros que le corps du caractère utilisé pour la composition des intitulés des autres lignes. Ces 67 euros de moins sont une grosse transformation, à laquelle il faut préparer les esprits, explique Agnès Guilbot. Et ils ne sont pas tout à fait prêts :

On a peur d'être débordés d'appels téléphoniques de collaborateurs, c'est ce qui nous fait le plus peur. On doit bien les préparer en amont et leur montrer que le service des impôts reste leur premier interlocuteur s'ils ont des questions sur ce sujet-là.

Tous les cas de figure ont été testés : maladie, apprentissage, les contrats courts, les employeurs multiples... La moyenne d'âge des salariés dans cette entreprise est de 26 ans et il s'agit souvent de leur premier emploi.

"Ce sont des personnes qui n'ont jamais fait de déclaration d’impôt. Tout est prévu, il y a un barème a appliqué. C'est quelque chose qui sera aisément géré. Ils ne se poseront pas la question du prélèvement à la source parce que dès le début, ils l'auront connu."

La responsable se veut confiante : dans quelques mois, elle en est sûre, on n'en parlera plus.

Le reportage de Delphine Simon au sein de l'entreprise Kiko 

1 min

Le reportage de Delphine Simon au sein de l'entreprise Kiko

Par Delphine Simon
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.