En 12 ans les dépenses de l'industrie manufacturière pour protéger l'environnement n'ont pas bougé. Après un pic en 2007, les dépenses n'ont cessé de baisser selon une enquête de l'INSEE.

A près d'un mois de la COP 21 à Paris, l'Insee a cherché à comparer les dépenses de l'industrie pour protéger l'environnement entre 2002 et 2013. Pour cela, elle a ciblé les entreprises industrielles de plus de 100 salariés. Le résultat n'est pas joyeux puisqu'elles y consacrent à peu près la même somme : moins d'un milliard d'euro par an. Mais la crise est passée par là.

Après un pic en 2007, les dépenses des entreprises industrielles pour protéger l'environnement n'ont cessé de baisser, chaque année un peu plus, pour atteindre un plancher en 2011 où seulement 700 millions d'euros ont été investi par les industries de plus de 100 salariés.

Depuis, l'investissement repart et a atteint 900 millions, mais c'était le même montant il y a plus de dix ans en 2002.

Les meilleurs élèves

L'industrie chimique, l'agro-alimentaire et la métallurgie s'en sortent e mieux. La plupart du temps ces industries investissent dans des machines qui traitent, mesurent ou limitent la pollution. Surtout la pollution de l'air, plus que de l'eau, comme le réclame la commission européenne.

Mais l'Insee note que l'importance des investissements pour limiter ou éliminer la pollution diminue depuis 2008 au profit des investissements destinés à la prévention des pollutions En fait les entreprises achètent, par exemple, moins de filtres, mais protègent mieux leurs conduits.

Selon Eurostat l'Insee européen, la France n'est pas à pointe dans la protection de l'environnement, bien au contraire ! Notre industrie dépense proportionnellement deux fois moins que la moyenne européenne, moins de 0,2% de la richesse nationale contre 0,4 pour l'Europe des 28.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | l'enquête de l'INSEE

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.