l'insee revoit en baisse à 0,1% la croissance au 3e trimestre
l'insee revoit en baisse à 0,1% la croissance au 3e trimestre © reuters
PARIS (Reuters) - La croissance de l'économie française au troisième trimestre a été revue en baisse à +0,1% après un repli de 0,1% au deuxième, selon les résultats détaillés des comptes nationaux trimestriels publiés vendredi par l'Insee. Elle avait été annoncée dans un premier temps à +0,2% par l'institut. L'acquis de croissance pour 2012, à savoir la performance de l'économie française sur l'ensemble de l'année si l'évolution du PIB restait nulle sur les trois derniers mois, a de même été revue en baisse de 0,1 point à +0,1%. Alors que le gouvernement table sur une hausse du PIB de 0,3% pour l'année, l'Insee avait indiqué ce mois-ci tabler sur une croissance moyenne de 0,1% en 2012 en anticipant une contraction de 0,2% de l'activité sur le quatrième trimestre. S'agissant du troisième trimestre, la contribution de la demande intérieure finale (hors stocks) à la croissance est confirmée à +0,2 point de même que celle du commerce extérieur à +0,3 point. Mais celle de la variation des stocks s'inscrit désormais à -0,4 point au lieu de -0,3 point en première estimation Après son rebond du deuxième trimestre -revu à +0,5% contre +0,6% annoncé précédemment-, l'investissement des entreprises non financières a rechuté à -0,6% (contre -0,4% annoncé en première estimation) et celui des administrations publiques est resté stable (+0,1% en première estimation). L'Insee fait état par ailleurs d'une stagnation du pouvoir d'achat des ménages au troisième trimestre, après un rebond révisé en baisse à 0,3% au deuxième (contre une précédente estimation de +0,4% pour le deuxième trimestre). Leur revenu disponible a progressé de 0,2% (après +0,5% au deuxième trimestre et +0,6% au premier trimestre). Mais la consommation des ménages en valeur, qui était restée stable au 2e trimestre, a progressé de 0,4%, ce qui fait que leur taux d'épargne a diminué d'un trimestre sur l'autre de 0,2 point, à 16,2%. Du côté des entreprises, le léger redressement des taux de marge amorcé au deuxième trimestre s'est poursuivi (+0,1 point à 28,3%) grâce à une valeur ajoutée qui a progressé au même rythme qu'au trimestre précédent (+0,8% en valeur) alors que la hausse des impôts sur la production qu'elles versent s'est accélérée (+1,9% après +1,1%). Yann Le Guernigou
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.