Hassan Rohani en visite au Medef
Hassan Rohani en visite au Medef © MaxPPP / Christophe Petit Tesson

C'était attendu, c'est désormais officiel. Plusieurs entreprises françaises ont signé des accords avec l'Iran. Un investissement jusqu'à 400 millions d'euros sur cinq ans pour PSA Peugeot Citroën et plus d'un centaine d'avions pour Airbus.

PSA Peugeot Citroën est de retour en Iran, quatre ans après avoir quitté le pays en raison des sanctions internationales. C'est par le biais d'une coentreprise que le constructeur français compte investir jusqu'à 400 millions d'euros en cinq ans pour la fabrication de véhicules. L'entreprise table, dans un premier temps, sur une production de 200 000 voitures chaque année , production qui pourraît augmenter au fil des ans.

Des Peugeot 208, 2008 et 301

PSA va dès cette année prendre le contrôle de la production des voitures de l'entrepriseIran Khodra qui fabrique de vieux modèles de Peugeot 405 et 206. Des véhicules qui représententun tiers du marché des voitures neuves en Iran, l'an dernier, il s'en est vendues 300 000 dans le pays .

L'Iran est l'un des marchés les plus intéressants pour les voitures : on y compte moins de 100 véhicules pour 1 000 habitants et le potentiel d'achat des consommateurs est important.

Contrairement à PSA, Renault n'a jamais quitté le pays . En 2015, ses ventes se sont chiffrées à 54 000 voitures . La marque au losange a annoncé qu'elle va intensifier ses activités à "un niveau significatif et va préparer avec ses deux partenaires de nouveaux lancements de modèles " et cela dès que les échanges entre banques françaises et iraniennes auront repris.

Une signature également pour Airbus et la SNCF

L'accord a été annoncé dimanche dernier pour 114 Airbus. Il a été conclu ce jeudi. C'est ce qu'a déclaré le ministre des Transports iranien, Abbas Akhoondi. Une centaine d'avions de ligne doit être livrée à l'Iran d'ici quatre ans.

Un protocole d'accord a également été signé entre la SNCF et les chemins de fer iraniens . Il prévoit notamment une coopération pour l'exploitation des gares.

Au total, c'est une dizaine de contrats qui va être signée avec des entreprises françaises lors du séjour de Hassan Rohani en France.

Le Président iranien qui a rendu visite aux patrons du Medef ce jeudi matin. Il a évoqué sa "fierté" de collaborer avec la France et les besoins de l'Iran qui ne sont pas seulement pour les transports et l'aéronautique mais aussi pour l'énergie et l'agriculture.

►►► Le reportage de Marion L'Hour au Medef

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.