La phase de séparation du pétrole et du sable
La phase de séparation du pétrole et du sable © REUTERS/Todd Korol / REUTERS/Todd Korol

On s'était habitué à un prix du baril entre 100 et 110 dollars, il est descendu à presque 80 dollars. Pour certains, c'est l'événement majeur de l'année sur les marchés des matières premières. Pourquoi en arrive-t-on là ? Est-ce une bonne nouvelle ?

L'économie mondiale ralentit mais l'offre de pétrole reste abondante, résultat : les prix baissent. L' une des explications est le nouvel eldorado américain avec son pétrole de schiste. Les États-Unis sont devenus le premier producteur au monde. Dans le même temps, l'Arabie saoudite, le deuxième, n'a pas cherché à baisser sa production (ce qu'elle fait normalement) pour faire remonter les cours. L'économiste et spécialiste des matières premieres, Philippe Chalmin l'explique par une entente entre les deux pays :

Le marché du pétrole fait l'objet d'une manipulation par un axe Ryad-Washington à des fins beaucoup plus politiques qu'économiques. Ceci a provoqué la baisse des prix, des pleurs et des grincements de dents. Où ? Dans des pays qui sont aujourd'hui des adversaires à la fois de l'Arabie Saoudite mais aussi des États-Unis. je pense à la Russie, à l'Iran. Qu'est-ce que veut Washington ? Faire pression sur Poutine.

Washingon et Ryad manipule donc l'arme du pétrole mais jusqu'à un certain point, le baril ne devrait pas descendre en-dessous de 75 dollars , une baisse pour l'instant bénéfique au consommateur. Certains économistes craignent pourtant qu'elle n'entretienne une spirale déflationniste.

La baisse du prix du pétrole depuis l'été 2014
La baisse du prix du pétrole depuis l'été 2014 © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.