La Commission européenne va imposer ce mercredi à Google une amende record de 4,3 milliards d'euros. Le géant américain est sanctionné pour avoir abusé de sa position dominante pour imposer son moteur de recherche sur les smartphones équipés de son système d'exploitation, Android.

C'est le système d'exploitation mobile de Google, Android, qui est visé par cette procédure
C'est le système d'exploitation mobile de Google, Android, qui est visé par cette procédure © AFP / MURAT KAYNAK / ANADOLU AGENCY

La Commission européenne s'apprête à imposer à Google une amende record de 4,3 milliards d'euros, selon une source proche du dossier ce mercredi. La commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, devait en informer le PDG de Google Sundar Pichai mardi soir, mais aucune des deux parties n'avait donné plus d'informations. 

Android et Google Search dans le collimateur

Cette sanction financière intervient dans le cadre d'un dossier anti-trust concernant le système d'exploitation de Google pour les smartphones : Android, qui équipe en Europe 80% des téléphones de ce type. La commission européenne reproche à Google d'imposer l'installation de son propre moteur de recherche, "Google Search", sur tous les smartphones, quel que soit leur fabricant. 

La commission a d'autres griefs contre Google : elle l'accuse aussi d'avoir interdit aux fabricants de téléphones Android (comme Samsung ou Huawei) de commercialiser des smartphones tournant sous d'autres systèmes d'exploitation, et, enfin, d'avoir accordé des incitations financières à des fabricants, à condition que Google Search soit préinstallé et exclusif sur leurs appareils. Autant de facteurs qui, selon la Commission, enfreignent la bonne concurrence. 

Google va faire appel

Il aura fallu deux ans de procédures et de discussions pour aboutir à cette décision, la commission européenne n'ayant pas été convaincue par les explications de Google. Cette amende, dont le montant est fixé au dernier moment et qui ne peut pas dépasser 10% du chiffre d'affaires de l'entreprise, devrait être assortie à une injonction à changer de comportement d'ici 90 jours. 

Dans une prise de parole via son blog et son compte Twitter, l'entreprise a annoncé qu'elle allait faire appel de la décision de la Commission européenne. "Android a créé plus de choix, pas moins", assure Google comme ligne de défense. 

Cette nouvelle sanction dépasse largement la précédente amende record, qui était déjà infligée à Google, de 2,42 milliards d'euros, pour abus de position dominante, en juin 2017. Google avait alors été sanctionné pour placer toujours en tête des résultats de recherche son propre comparateur de prix, Google Shopping. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.